Honorés par la Société royale

Sept Uqamiens figurent parmi les professeurs honorés par la SRC.

Sept professeurs de l'UQAM ont été honorés par la Société royale du Canada (SRC) les 21 et 22 novembre derniers. Les professeurs Louise Poissant et Stephen Schofield, de l'École des arts visuels et médiatiques, ainsi que Lucie Lamarche, du Département des sciences juridiques, figurent parmi les 90 nouveaux membres de la SRC. Le professeur Yves Bergeron, du Département des sciences biologiques, a reçu la Médaille Miroslav Romanowski et trois autres professeurs, Kristian Behrens (sciences économiques), Éric George (École des médias) et Patrice Potvin (didactique), ont été nommés parmi les 91 membres de la première cohorte du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science.

Élus par leurs pairs

Fondée en 1882, la SRC comprend les Académies des arts, des lettres et des sciences du Canada. Les nouveaux membres sont élus par leurs pairs en reconnaissance de l'excellence de leurs réalisations universitaires, scientifiques ou artistiques. Il s'agit du plus grand honneur qui puisse être accordé à un universitaire dans les domaines des arts, des lettres et des sciences.

Louise Poissant

La doyenne de la Faculté des arts, Louise Poissant, a été élue à l'Académie des arts, des lettres et des sciences humaines. Ses travaux ont contribué au développement de la recherche-création dans le domaine des arts médiatiques. Ils témoignent de son aptitude à créer des lieux de réflexion et d’échange qui ont marqué la courte histoire des arts médiatiques et contribué à faire de Montréal une référence internationale dans ce domaine. Ses recherches ont permis de faire naître une réflexion esthétique autour du changement paradigmatique produit par l’émergence de ces formes d’art.

...

La diplomatie du savoir au service du bien commun

Le recteur Robert Proulx est intervenu devant 800 participants au congrès annuel du Bureau canadien de l'éducation internationale.
Gilles Breton, professeur à l'Université d'Ottawa, Fantaw Aw, présidente du conseil d'administration de NAFSA, et le recteur Robert Proulx.

Le recteur de l'UQAM, Robert Proulx, a présenté une allocution sur le thème de la diplomatie du savoir, le 20 novembre dernier, lors d'une séance plénière du congrès annuel du Bureau canadien de l'éducation internationale (BCEI). Cet événement réunissait quelque 800 participants venus de partout dans le monde, dont le Gouverneur général du Canada, David Johnston. Le directeur du Service des relations internationales de l'UQAM, Sylvain St-Amand, était le maître de cérémonie de la séance.

Le recteur a expliqué comment il concevait la relation entre la diplomatie et le savoir. Pour se déployer, la diplomatie requiert de ses «agents» qu'ils disposent d'un important bagage de connaissances, a-t-il souligné. Connaissance de soi, c'est-à-dire de tout ce qui touche le pays d'origine, mais aussi et surtout connaissance de l'autre – sa langue, sa culture, ses traditions, ses coutumes. «Sans ces connaissances, c'est l'échec assuré, a lancé Robert Proulx. On peut donc dire que le savoir – incluant le savoir produit et diffusé par les chercheurs universitaires – s'avère essentiel à la diplomatie. Toutefois, rien ne garantit qu'il sera utilisé à bon escient. Il peut tout autant contribuer à favoriser des liens d'amitié entre les peuples qu'à assurer le maintien de rapports de dépendance entre les pays.»

Si le savoir peut se mettre au service de la diplomatie, l'inverse est aussi vrai. Les collaborations internationales de recherche et de formation, la mobilité étudiante, la libre circulation des chercheurs, sont autant de domaines où l'action diplomatique peut s'avérer utile à la science, a noté le recteur. Comment ? En permettant d'aplanir les obstacles d'ordre administratif, juridique, politique ou économique.

Ce mouvement d'internationalisation, encouragé et soutenu par l'action diplomatique, comporte néanmoins des risques de dérive, a indiqué Robert Proulx en évoquant notamment les...

Lauréat du prix Pierre-Vadeboncoeur

Le chargé de cours Alain Deneault est récompensé pour son essai Paradis fiscaux, la filière canadienne.
Alain Deneault Photo: Nathalie St-Pierre

Le chargé de cours Alain Deneault, du Département de sociologie, a remporté le prix Pierre-Vadeboncoeur pour son essai Paradis fiscaux, la filière canadienne (Écosociété). Ce prix, qui lui a été remis au Salon du livre de Montréal, est décerné par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à l'essai jugé le plus pertinent. Il est doté d'une bourse de 5 000 dollars.

Dans son essai choc, Alain Deneault démontre comment le Canada a largement contribué à créer les paradis fiscaux des Caraïbes à partir des années 1950 et favorise aujourd’hui de mille manières les détenteurs de fortune et les entreprises cherchant à contourner son système fiscal et ses lois. Sous l’impulsion de personnalités politiques, de banquiers et de juristes canadiens, ces États se sont convertis en «législations de complaisance» qui comptent aujourd'hui parmi les plus redoutables du monde.

La présidente du jury, Claudette Carbonneau, a parlé de l'ouvrage comme du «fruit d'un travail conduit avec la patience d'un moine. L'essai réussit à démonter les mécanismes qui permettent aux bien nantis de se soustraire à leurs responsabilités à l'égard de la société.»...

Plus d'actualités

25 Novembre 2014

Le couple: mission impossible?

Dans son plus récent essai, la psychologue Marie Hazan analyse le couple dans toutes ses dimensions.

25 Novembre 2014

Des atomes crochus au boulot

Guylaine Landry s'est penchée sur le sentiment d'attachement professionnel entre employés et supérieurs.

24 Novembre 2014

Initier les enfants à la lecture

L'UQAM participe pour la onzième année consécutive à la campagne La lecture en cadeau.

21 Novembre 2014

Démarrage virtuel d'entreprise

L'École des sciences de la gestion et la TÉLUQ lancent un logiciel francophone de simulation de plan d'affaires.

20 Novembre 2014

Lectures de novembre

Notre sélection mensuelle d'ouvrages publiés par des professeurs, chargés de cours, étudiants, employés, diplômés ou retraités de l'UQAM.

À NE PAS MANQUER

26 novembre à 19 h

Les chiffres sont inquiétants: 69 % des côtes de la Gaspésie et 60 % de celles de la Côte-Nord subissent de l’érosion. Ce phénomène touche un demi-million de personnes et près de 130 municipalités au Québec. Regard sur l’équilibre fragile entre le fleuve Saint-Laurent et notre littoral. Entrée payante, au SH-2800.

Experts UQAM dans les médias

Richard Bourhis

Une réforme néfaste pour les anglophones

Mehran Ebrahimi

Les coupes feront mal à Bombardier et Pratt & Whitney

Pierre Fortin

Pas de précipitation! dit Pierre Fortin

Pierre Lefebvre

Le tarif des garderies sera modulé et grimpera jusqu'à vingt dollars par jour

François Richer

Quand notre cerveau exagère