Sept diplômés à l'honneur

L'UQAM a honoré sept diplômés exceptionnels lors de la 15e édition du gala des prix Reconnaissance.
Photo :Denis Bernier

À la barre de la Fondation

L'UQAM doit demeurer une université différente, souligne le nouveau directeur général de sa Fondation, Pierre Bélanger.
Pierre Bélanger. Photo: Cabinet de relations publiques National

«Je crois à la différence de l'UQAM, une université qui a formé et qui continue de former des gens d'exception dans tous les domaines», lance Pierre Bélanger. Depuis le 25 mai dernier, cet ancien politicien et conseiller principal au cabinet de relations publiques National est le nouveau directeur général de la Fondation de l'UQAM. Le Conseil d'administration de la Fondation l'a unanimement désigné à ce poste. L'avocat de formation compte mettre à profit sa vaste expérience, son important réseau de contacts aux niveaux local, national et international ainsi que ses talents de communicateur pour aider l'Université à mener sa prochaine campagne majeure de développement. 

Diplômé en droit de l'Université de Montréal et membre du Barreau du Québec depuis plus de 25 ans, Pierre Bélanger a d'abord pratiqué le droit commercial et civil dans le cabinet Bélanger et Bélanger, de 1983 à 1992. «Au début, j'ai été tenté par le droit criminel, puis je me suis tourné vers le droit social et le droit civil, précise-t-il.  Pendant les trois premières années, 60 % de ma pratique consistait à répondre à des demandes d'aide juridique.»

Élu député d’Anjou en 1992 sous la bannière du Parti québécois, le jeune avocat entame une carrière politique qui durera jusqu'en 1998. «J'ai toujours été quelqu'un de politisé. Au tournant des années 90, le Québec traversait une période de grande effervescence politique. C'était l'époque de l'échec de Meech et du référendum de Charlottown. J'ai décidé de me présenter dans le cadre d'une élection partielle. Je n'étais pas une vedette, mais j'étais connu dans le comté d'Anjou. J'ai été élu après avoir fait du porte à porte entre Noël et le Jour de l'an !», raconte Pierre Bélanger en riant.  

Après...

Un nouveau doyen

Le spécialiste en droit constitutionnel Hugo Cyr est nommé doyen de la Faculté de science politique et de droit.
Hugo CyrPhoto: Émilie Tournevache

Lors de sa séance du 26 mai dernier, le Conseil d’administration de l’UQAM a nommé Hugo Cyr à titre de doyen de la Faculté de science politique et de droit pour un premier mandat de cinq ans, débutant le 1er juin 2015. Il succède ainsi à Jean-Pierre Beaud.

Titulaire de deux baccalauréats (droit civil et Common Law) de l’Université McGill, d’une maîtrise de la Yale Law School et d’un doctorat en droit de l’Université de Montréal, Hugo Cyr est professeur au Département des sciences juridiques depuis 2002. Il y dirigeait, jusqu’à tout récemment, les programmes de cycles supérieurs en droit. Membre du Barreau du Québec, le nouveau doyen est reconnu, entre autres, pour ses connaissances approfondies du droit constitutionnel, du droit public et de la théorie du droit.

«La Faculté de science politique et de droit est unique en son genre en Amérique du Nord. Fruit d’audace et de vision, le partenariat initial entre les deux départements qui la composent participe à la mission fondatrice d’accessibilité, d’engagement social et de pensée critique qui constituent l’identité même de l’UQAM, a déclaré Hugo Cyr. Le rapprochement des savoirs de nos deux disciplines nous permet ainsi de mieux accomplir notre mission pédagogique et sociale unique. Dans le respect de cette tradition, nous devons maintenant relever les défis actuels tout en imaginant un avenir qui puisse mobiliser les membres de notre communauté facultaire, tant ses professeurs, ses chargés de cours, ses employés de soutien, que ses étudiants.»

Un parcours exemplaire

Ses travaux et ses recherches, publiés et cités dans de nombreuses revues scientifiques et spécialisées, ont fait d'Hugo Cyr un expert fréquemment consulté par diverses instances juridiques, gouvernementales et médiatiques. Il est membre du Centre de...

Une dictée réussie!

Près de 100 écoliers se sont réunis à l'UQAM pour la Grande finale internationale de la Dictée P.G.L.
La dictée a réuni des écoliers provenant du Canada, des États-Unis, du Sénégal, du Maroc et de l'Algérie.

La 24e édition de la Grande finale internationale de la Dictée P.G.L., organisée par la Fondation Paul Gérin-Lajoie et présentée par le Mouvement Desjardins, s'est déroulée à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau de l’UQAM,  le 24 mai dernier. Animé par le diplômé François-Étienne Paré (M.A. art dramatique, 2000), porte-parole de la Fondation, et par son fils Arno Paré, l'événement a réuni 93 écoliers de 5e et 6e année provenant du Canada, des États-Unis, du Sénégal, du Maroc et, pour la première fois, de l’Algérie. Ceux-ci se sont efforcés de faire le moins de fautes possible afin de remporter l’une des deux bourses d’études de 2 000 dollars. La Faculté des sciences de l'éducation comptait parmi les partenaires de la Fondation Paul Gérin-Lajoie.

Se déroulant cette année sous le thème L’éducation pour un monde meilleur, la Dictée P.G.L. a suscité la participation de plus de 300 000 élèves de classes francophones et d'immersion française. Elle visait à aider les enfants du primaire à améliorer leur français, tout en les sensibilisant à l’importance de la solidarité internationale et de l’éducation pour tous. L'épreuve comportait aussi des activités intégrant des notions d’éducation financière ayant pour but, entre autres, de sensibiliser les enfants à l’épargne et au budget.

Plus qu'une activité pédagogique

Dans le cadre de la dictée, une «cueillette du partage» a été organisée, qui a permis aux enfants de solliciter des dons d’encouragement auprès de leur famille pour chaque mot bien orthographié. Chaque école participante pouvait conserver jusqu’à la moitié des sommes recueillies pour ses propres projets scolaires, l’autre moitié étant remise à la Fondation Paul Gérin-Lajoie. Un montant de plus d'un million de dollars a été amassé, dont 582 520 dollars iront à la Fondation pour soutenir ses programmes d’éducation, d’alphabétisation et de...

Plus d'actualités

28 Mai 2015

Alice dans un rêve

Le mémoire-création de Jessica Abdelmoumene offre une incursion dans les théories de l'inconscient et du surréalisme.

27 Mai 2015

Conseiller en TI

Le chargé de cours Benoît Lalonde siégera au comité-conseil des technologies de l'information du gouvernement du Québec.

27 Mai 2015

Bâtonnière du Québec

La diplômée Lu Chan Khuong est la nouvelle présidente de l'ordre professionnel des avocats du Québec.

26 Mai 2015

Spécialiste des inégalités de revenus

Nicolas Zorn remporte le prix du Meilleur mémoire 2014 de l’Institut de recherche en économie contemporaine.

25 Mai 2015

Époustouflantes photos!

Trois étudiants, un professeur et un diplômé sont finalistes au concours La preuve par l'image organisé par l'Acfas.