Le couple: mission impossible?

Dans son plus récent essai, la psychologue Marie Hazan analyse le couple dans toutes ses dimensions.
 

Qu'est-ce qui unit et sépare les couples? Pourquoi rêve-t-on encore à l'amour impossible? Quels sont les effets sur le couple des changements survenus dans les relations entre les hommes et les femmes? À quels défis sont confrontés les couples modernes? C'est pour tenter de répondre à ces questions que la professeure Marie Hazan, du Département de psychologie, a rédigé Le couple: réussir l'impossible. Entre idéal et réalité (éditions Québec-Livres). Dans cet essai, la psychologue et psychanalyste passe en revue plusieurs théories, tant sociologiques que psychanalytiques, de l'amour et du couple. L'ouvrage est aussi truffé d'exemples de couples célèbres d'hier et d'aujourd'hui représentant différents types de schémas amoureux.

Marie HazanPhoto: Nathalie St-Pierre

Premier constat: bien que près d'un couple sur deux se sépare, celui-ci est plus recherché que jamais. «C'est une relation encore très valorisée, un état enviable», affirme Marie Hazan. Cette quête de l'âme sœur, ce désir de rencontre et d'accomplissement se manifestent à peu près chez tous les individus, peu importe l'âge. «Les raisons d'être en couple et les objectifs poursuivis peuvent varier selon les individus, certes, beaucoup de monde cherchent le bonheur à travers le couple!», souligne la professeure.

Le manque d'amour, les blessures narcissiques, et les problèmes d'adaptation aux différences entre conjoints figurent parmi les principales...

Des atomes crochus au boulot

Guylaine Landry s'est penchée sur le sentiment d'attachement professionnel entre employés et supérieurs.

Plusieurs études ont souligné au cours des dernières années l'importance du climat de travail pour la rétention des employés au sein d'une organisation. La qualité de la relation entre un employé et son supérieur immédiat figure parmi les composantes essentielles d'un bon climat. «On sait depuis longtemps qu'un leader n'est pas perçu de la même façon par tous ses employés et qu'il ne développe pas le même genre de relation avec tous les employés qu'il dirige», explique la professeure Guylaine Landry, du Département d'organisation et ressources humaines, qui a publié un article sur le sujet dans The Leadership Quarterly.

Cet article s'inscrit dans la continuité des travaux de la professeure pour sa thèse portant sur le leadership individualisé, plus spécifiquement sur l'engagement qui se développe de part et d'autre dans la relation surperviseur-supervisé. «Certains employés adorent leur gestionnaire, d'autres non, et vice-versa. J'ai voulu explorer ce sentiment d'attachement», précise la chercheuse, embauchée à l'ESG UQAM en juin 2013.

Pour analyser le phénomène, Guylaine Landry a distribué des questionnaires à des centaines d'employés de centres de santé et de services sociaux du Québec. Elle a également interrogé leurs superviseurs. En jumelant les réponses des uns et des autres, elle a obtenu 322 paires superviseur-employé. «Un même superviseur pouvait répondre à des questionnaires pour cinq employés, précise-t-elle. C'était un aspect intéressant car cela permettait d'observer comment un même superviseur percevait différents employés.»

Une question de perception

La chercheuse a voulu vérifier si superviseurs et employés sont sur la même longueur d'ondes en ce qui concerne leur engagement respectif. «L'engagement peut être défini comme le lien psychologique affectif qui unit le supérieur à son employé, précise-t-elle. Il dénote un état d'esprit de "choix", en ce sens où le supérieur souhaite et désire développer et maintenir la relation avec son employé...

Initier les enfants à la lecture

L'UQAM participe pour la onzième année consécutive à la campagne La lecture en cadeau.
 

Pour la onzième année consécutive, l'UQAM participe, jusqu'au 12 décembre prochain, à la campagne La lecture en cadeau, qui permet de recueillir des livres neufs pour les enfants défavorisés de moins de 12 ans. Créée en 1999 par la Fondation pour l'alphabétisation, l'initiative a pour but d'initier les enfants aux joies de la lecture et de prévenir l'analphabétisme et le décrochage scolaire. L'an dernier, la campagne a permis de récolter 634 livres et 617 dollars en dons.

Cette année, la campagne compte une nouvelle organisatrice, Maude Béland, conseillère en relations de presse à la Division des relations avec la presse et événements spéciaux du Service des communications, qui s'implique dans cette cause depuis 2011. Elle succède à Lucie Chartrand, qui dirigeait la campagne à l'Université depuis ses débuts. «Lucie cherchait quelqu'un pour assurer la relève, raconte avec enthousiasme Maude Béland. Elle est quand même présente pour m'épauler: elle répond à mes questions, me donne des conseils et prend aussi part à la campagne.»

Pour contribuer à La lecture en cadeau, il suffit d'acheter un livre neuf et de se procurer le sac à l'effigie de la campagne auprès d'un des bénévoles ou dans les bibliothèques participantes (voir la liste plus bas). On leur remet ensuite le sac ou on le dépose dans la boîte prévue à cet effet dans les bibliothèques, tout en prenant soin d'écrire un petit mot aux enfants sur la carte qui leur sera remise avec le livre, sans oublier d'inscrire ses coordonnées sur la carte postale de retour et de l'affranchir suffisamment. «Il faut bien s'assurer d'acheter un livre de lecture et non un livre de dessin, d'autocollants ou un cahier d'exercice», précise l'organisatrice. Il est aussi possible de faire des dons en argent jusqu'en janvier afin d'acheter des livres neufs en communiquant directement avec Maude Béland (poste 1707).

Depuis plusieurs années déjà, la demande concerne surtout les volumes ludiques pour les petits âgés de 0 à 5 ans, comme les albums illustrés...

Plus d'actualités

24 Novembre 2014

Lauréat du prix Pierre-Vadeboncoeur

Le chargé de cours Alain Deneault est récompensé pour son essai Paradis fiscaux, la filière canadienne.

24 Novembre 2014

Honorés par la Société royale

Sept Uqamiens figurent parmi les professeurs honorés par la SRC.

21 Novembre 2014

La diplomatie du savoir au service du bien commun

Le recteur Robert Proulx est intervenu devant 800 participants au congrès annuel du Bureau canadien de l'éducation internationale.

21 Novembre 2014

Démarrage virtuel d'entreprise

L'École des sciences de la gestion et la TÉLUQ lancent un logiciel francophone de simulation de plan d'affaires.

20 Novembre 2014

Lectures de novembre

Notre sélection mensuelle d'ouvrages publiés par des professeurs, chargés de cours, étudiants, employés, diplômés ou retraités de l'UQAM.

À NE PAS MANQUER

26 novembre à 19 h

Les chiffres sont inquiétants: 69 % des côtes de la Gaspésie et 60 % de celles de la Côte-Nord subissent de l’érosion. Ce phénomène touche un demi-million de personnes et près de 130 municipalités au Québec. Regard sur l’équilibre fragile entre le fleuve Saint-Laurent et notre littoral. Entrée payante, au SH-2800.

Experts UQAM dans les médias

Richard Bourhis

Une réforme néfaste pour les anglophones

Mehran Ebrahimi

Les coupes feront mal à Bombardier et Pratt & Whitney

Pierre Fortin

Pas de précipitation! dit Pierre Fortin

Pierre Lefebvre

Le tarif des garderies sera modulé et grimpera jusqu'à vingt dollars par jour

François Richer

Quand notre cerveau exagère