L'ombudsman remet son rapport

Le rapport se penche sur les conditions d'admission aux études supérieures et l'évaluation des enseignements.
La grande majorité des requêtes au Bureau de l'ombudsman proviennent des étudiants. Photo: Nathalie St-Pierre.

L'ombudsman de l'UQAM, Muriel Binette, constate que son bureau est de mieux en mieux connu. «Quand des gens viennent nous consulter, ils savent qu'ils sont en terrain neutre et que nous leur garantissons la confidentialité, dit-elle. Nous sommes là pour les informer et les conseiller. Les consultations jouent un rôle déterminant dans la prévention des conflits en permettant de régler un bon nombre de problèmes avant que la situation ne dégénère.»

Dans son dernier rapport 2013-2014, présenté le 17 février dernier au Conseil d'administration et disponible sur son site Web revampé, l'ombudsman fait état de 493 demandes de consultation, ce qui représente près de 58 % de l'ensemble des dossiers traités. Son bureau a examiné 330 plaintes (60 de moins qu'en 2012-2013), dont 144 se sont avérées fondées, 86 non fondées et 100 non recevables.

«L'UQAM s'est dotée de plusieurs politiques et règlements qui encadrent les pratiques, note Muriel Binette. Quand je reçois une plainte, je dois d'abord m'assurer que l'Université a respecté ses propres règlements et qu'elle les applique de manière équitable. Je dois aussi me demander si une situation  particulière vécue par un plaignant exige que l'on s'écarte de la règle.»

Un devoir d'accommodement

La grande majorité des requêtes au Bureau de l'ombudsman proviennent des étudiants (621 sur 823). Plusieurs concernent l'encadrement et les services qui leur sont offerts – cheminement dans un programme, annulation d'inscription avec remboursement, exclusion –, ainsi que  l'évaluation des études et l'admission dans les programmes.

...

Un laboratoire sur puces

Des chercheurs mettent au point un dispositif portable pour tester la toxicité de l'eau.
Le dispositif ressemble à un mini lecteur CD pour ordinateur. La languette que l'on retire présente six chambres de test où l'on peut déposer un un échantillon d'eau auquel on a mélangé des algues microscopiques. Photo: Nathalie St-Pierre

La maison que vous achetez est alimentée par un puits artésien et vous voulez savoir si l'eau est potable? À l'heure actuelle, vous devez vous résoudre à débourser quelques centaines de dollars pour faire analyser l'eau par un laboratoire accrédité, qui prendra une semaine pour vous livrer les résultats. Mais peut-être plus pour longtemps. Des chercheurs de l'UQAM ont en effet mis au point un véritable laboratoire sur puces qui pourrait changer la donne. «Il s'agit d'un test de pollution basé sur la fluorescence des algues, explique le diplômé du doctorat en chimie Florent Lefèvre, qui a travaillé sur ce projet dans le cadre de sa thèse. Avec notre dispositif, qui tient dans une main, nous pouvons évaluer la toxicité d'un échantillon d'eau en quelques minutes.»

De nos jours, l'innovation passe souvent par la multidisciplinarité et ce projet de recherche en est un bel exemple. Le dispositif en question a été conçu par l'équipe du professeur Ricardo Izquierdo, du Département d'informatique, en collaboration avec celle du professeur Philippe Juneau, du Département des sciences biologiques. «Il s'agit d'une combinaison de systèmes optiques, fluidiques et organiques», note Florent Lefèvre, qui est aussi agent de recherche au Département de chimie et dont la thèse a été codirigée par les deux professeurs.

Des algues et des capteurs

...

L'heure juste à propos de l'UQAM

Le recteur publie une lettre ouverte afin de rectifier les faits concernant le climat qui règne à l'Université.

Dans un texte publié sur le site du Devoir en date du 28 février et intitulé «L'heure juste à propos de l'UQAM», le recteur Robert Proulx tient à rectifier certaines informations qui ont circulé dans les médias au cours de la dernière semaine. «Dans la foulée de la parution d’une lettre écrite par 14 professeures et professeurs déplorant les actes de vandalisme et d’intimidation commis par une minorité d’étudiantes et d’étudiants, on a assisté à une surenchère qui donne une image erronée de l’UQAM», écrit-il. Des expressions comme «champ de bataille», «université assiégée» et «climat de peur» ne correspondent pas «à la réalité quotidienne vécue par la très grande majorité de nos 44 000 étudiantes et étudiants», poursuit le recteur.

Le recteur Robert Proulx Photo:Nathalie St-Pierre

L'UQAM déplore toute forme de pratiques militantes qui s’appuient sur le vandalisme, la violence ou l’intimidation, précise Robert Proulx, et toutes les mesures nécessaires sont prises pour assurer un climat sain et sécuritaire à l’intérieur de ses murs. Mais, souligne-t-il, les universités doivent, pour s'acquitter de leur mission, demeurer des lieux ouverts: «On ne peut donc, pour répondre aux agissements certes tout à fait répréhensibles d’une minorité, remettre en question ou bafouer les libertés de toute la communauté universitaire.»

Selon Robert Proulx, les manchettes des derniers jours ne devraient pas occulter l’apport immense de l’UQAM au progrès de la société québécoise depuis sa fondation en 1969. «Chaque année, plus de 10 000 étudiantes et étudiants y obtiennent leur diplôme», mentionne-t-il. Le recteur rappelle que, depuis ses débuts, l’UQAM forme une relève citoyenne engagée et motivée, qui a la volonté et la capacité d’apporter des solutions originales aux problèmes, aux enjeux et aux défis actuels. « L’UQAM, conclut-il, apporte...

Acceptabilité sociale

Stéphanie Yates donne une conférence sur la relation entre les promoteurs de grands projets d'infrastructures et les citoyens.
Photo :Helder Victorino

Plus d'actualités

4 Mars 2015

Trois joueuses étoiles

Quétéline Célestin, Jessica Lubin et Bianca Marois sont élues sur l'équipe d'étoiles du RSEQ en basketball féminin.

4 Mars 2015

Médaillés aux Jeux du Canada

Les étudiants Étienne Moisan et Alexandra Villiard reviennent des Jeux avec une médaille au cou.

2 Mars 2015

Première défaite

La formation masculine de soccer intérieur s'incline face aux Patriotes de l'UQTR.

2 Mars 2015

Mémoires urbaines

Lucie K. Morisset et Marie-Blanche Fourcade ont recueilli les récits de vie de citoyens qui ont vu grandir la cité industrielle d'Arvida.

2 Mars 2015

En route vers les éliminatoires

L'équipe féminine de basketball des Citadins affrontera l'Université Concordia en demi-finale.

À NE PAS MANQUER

5 mars à 17 h 30

La Galerie de l'UQAM présente jusqu'au 11 avril la première exposition solo d'envergure de l'artiste Aude Moreau. Sous le commissariat de Louise Déry, l'exposition met de l'avant un corpus d'œuvres développé par l'artiste depuis 7 ans sur les panoramas nocturnes de villes telles New York, Los Angeles, Montréal et Toronto.

Experts UQAM dans les médias

Florence Junca-Adenot

Québec investira 4,9G$ dans les chantiers pour les trois prochaines années

Yann Breault

Assassinat de Boris Nemtsov devant le Kremlin

Sandrine Promtep

25 ans, et pas une ride

Monique Brodeur

Les futurs profs en arrachent en français

Yves Gingras

La science sous la loupe : L'évaluation par les pervers