Louise Déry remporte un prix du Gouverneur général

La directrice de la Galerie de l'UQAM figure parmi les lauréats 2015 en arts visuels et médiatiques.
Louise DéryPhoto: Nathalie St-Pierre

Louise Déry, directrice de la Galerie de l'UQAM, compte parmi les huit lauréats des prix du Gouverneur général 2015 en arts visuels et médiatiques, dont les noms ont été dévoilés le 23 mars dernier par le Conseil des arts du Canada. Celle qui est à la fois chercheuse, conservatrice, commissaire, professeure, auteure et éditrice a reçu cette distinction pour sa contribution exceptionnelle au domaine des arts visuels.

Pour Louise Déry, la pratique du commissariat et de l’écriture exprime un souci de compréhension et de diffusion des connaissances en art contemporain et actuel. De Rober Racine à Françoise Sullivan, de Raphaëlle de Groot à Nancy Spero, de David Altmejd à Michael Snow, de Giuseppe Penone à Shary Boyle ou de Dominique Blain à Artur Zmijewski, ses projets  portent la marque d’un rapport intègre à l’artiste et aux œuvres. Ils constituent, chaque fois, une occasion d’expérimenter le potentiel narratif des œuvres au sein de l’exposition ainsi que leurs relations entre elles et avec le spectateur.

«Un commissaire d'exposition, c'est d'abord un spécialiste qui développe un savoir approfondi sur un domaine artistique ou sur un artiste», explique la directrice. Avec une telle connaissance, il est plus facile, dit-elle, de penser les œuvres dans leur rapport entre elles et de faire en sorte que les visiteurs d'une exposition puissent se déplacer d'une œuvre à l'autre tout en faisant des liens. «En visitant une exposition, le public ressent une rumeur; et plus le commissaire possède de connaissances, plus la rumeur est audible.»

Louise Déry dirige la Galerie de l'UQAM depuis 1997. Auparavant, elle a été, notamment, conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée des beaux-arts de Montréal. «Le rôle d'une galerie universitaire, souligne-t-elle, consiste à développer des idées et un savoir sur des œuvres. La dimension qui m'intéresse le plus dans l'art, c'est la question du savoir. C'est pour cela que je travaille dans une...

La danse au grand écran

Mario Côté présente deux films au FIFA sur des pionnières de la danse contemporaine au Québec.

Dans le cadre du Festival international du film sur l'art (FIFA), le professeur et vidéaste Mario Côté, de l'École des arts visuels et médiatiques, présente deux œuvres cinématographiques consacrées aux premiers pas de la danse contemporaine au Québec.

Extrait du film Jeanne Renaud et Rose-Marie Arbour, le temps qu'il nous reste

Le long-métrage Jeanne Renaud et Rose-Marie Arbour, le temps qu'il nous reste relate, en deux parties distinctes, les parcours biographiques de Jeanne Renaud, pionnière de la danse moderne et contemporaine au Québec, et de Rose-Marie Arbour, historienne de l'art et cofondatrice du Département d'histoire de l'art à l'UQAM. Ces expériences de vie exceptionnelles sont construites comme une image miroir, alors que les deux femmes s'interrogent à tour de rôle sur les moments importants de leur carrière, tout en échangeant les fruits de leur réflexion sur le sens du mot «vieillir». Le film est présenté le 25 mars, à 18 h 30, à la salle Jean-Claude-Lauzon du pavillon JE.

Le documentaire Black and Tan Fantasy/ Répétition s'intéresse pour sa part à la chorégraphe, danseuse et peintre-sculpteure Françoise Sullivan et à ses premiers contacts avec la musique et la danse des quartiers noirs de Harlem, à New York, à la fin des années 40. L'œuvre chorégraphique Black and Tan Fantasy, dont le titre fait référence à l'expression du sud des États-Unis pour décrire les bars où les noirs et les blancs pouvaient se fréquenter, est inspirée de ce séjour. Le court-métrage de 23 minutes sera projeté le 29 mars, à 13 h 30, à la salle Jean-Claude-Lauzon du pavillon JE.

...

Ordre des arts et des lettres

Trois diplômés, dont une chargée de cours, sont honorés par le Conseil des arts et des lettres du Québec.
Insigne honorifique de l'Ordre des arts et des lettres du Québec conçu par Christine Dwane pour le Conseil des arts et des lettres du Québec. Photo: Anthony McLean

Les diplômés Ginette Laurin (B.A. danse, 93), chargée de cours au Département de danse, David Altmejd (B.A. arts visuels, 98) et Louise Lemieux Bérubé (B.A. histoire de l’art, 83) comptent parmi les 35 personnalités québécoises qui ont reçu l'Ordre des arts et des lettres du Québec, le 23 mars dernier. Cette distinction honorifique, qui vise à souligner leur remarquable contribution au développement, à la promotion ou au rayonnement des arts et des lettres du Québec, leur a été remise à l'occasion d'une cérémonie organisée à l'Agora Hydro-Québec du Coeur des sciences par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), dans le cadre de son 20e anniversaire.

Ginette Laurin

Avec plus de 50 créations à son actif, Ginette Laurin compte parmi les figures de proue de la danse contemporaine canadienne. Formée en gymnastique, en danse moderne et en ballet classique à Montréal et à New York, elle devient vite une interprète recherchée lorsqu'elle entreprend sa carrière de danseuse au début des années 1970. Après avoir créé quelques œuvres à titre de chorégraphe indépendante, Ginette Laurin fonde O Vertigo en 1984, compagnie aujourd'hui reconnue pour sa puissance expressive et la cohérence de sa vision artistique. En 1986, elle remporte le prix John A. Chalmers à la suite d'une série de succès populaires et critiques. Dès lors, la chorégraphe se construit une enviable réputation mondiale en créant, année après année, des œuvres percutantes dans lesquelles elle renouvelle la gestuelle et les images pour mieux donner forme aux thématiques abordées. Son travail a été présenté au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique Centrale et en Asie. Parallèlement à ses activités au sein d'O Vertigo, elle signe des chorégraphies pour d'...

Qui décide à Washington?

Aux États-Unis, les décisions en politique étrangère résultent d'un système complexe d'interactions entre de multiples acteurs, souligne Charles-Philippe David.

Plus d'actualités

27 Mars 2015

Chant du cygne pour un grand Citadin

Alexandre Bernard a été l'un des meilleurs joueurs de basketball universitaire au Québec au cours des cinq dernières années.

26 Mars 2015

West Side Story en répétition générale

Le classique du théâtre musical des années 50 sera présenté à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau du 27 au 29 mars.

26 Mars 2015

Hommage à Miklós Takács

Un concert soulignera l'héritage musical et humain transmis par le maestro.

26 Mars 2015

Trois médailles en badminton

Philippe Gaumond et Alexis Gohier-Drolet se qualifient pour les Universiades d'été grâce à leurs performances au Championnat canadien.

25 Mars 2015

Une heure pour la Terre

L'UQAM participe au mouvement mondial en éteignant les enseignes lumineuses de ses pavillons.

À NE PAS MANQUER

27 et 28 mars, 19h30; 29 mars, 14h30

La Faculté des arts, en collaboration avec le centre Hexagram et l'Orchestre philharmonique des musiciens de Montréal (OPMEM), présente West Side Story, le classique du théâtre musical des années 50, en version originale. Cette mégaproduction réunit près d'une centaine d'Uqamiens (étudiants, employés, professeurs et chargés de cours). Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau.

Experts UQAM dans les médias

Livain Breau

Oui, on peut faire éclater un ballon avec une pelure d'orange (voici comment)

Martine Delvaux

Almost-memoir looks at absent fathers, missing girls

Danielle Pilette

Le vrai salaire de vos maires

Louise Déry

La directrice de la Galerie de l'UQAM lauréate d'un Prix du Gouverneur général