Édition spéciale en design

Quelque 200 finissants de tous les programmes de design font l'étalage de leur talent dans le cadre de cette exposition, une vitrine très fréquentée par les bureaux et professionnels en quête de nouvelles signatures.  
Photo :Nathalie St-Pierre

Nos chercheurs à l'Acfas 2015

Plusieurs scientifiques de l'UQAM organisent des colloques dans le cadre du congrès qui a lieu à l'Université du Québec à Rimouski.
Un colloque propose de se pencher sur l'hypothèse d'un clivage de plus en plus marqué entre une conception de la citoyenneté qui inclut l'expression publique de l'appartenance religieuse et celle qui postule son incompatibilité avec la sécularisation avancée de la société.Photo: iStock

De nombreux chercheurs de l'UQAM – professeurs, chargés de cours et étudiants – participent au congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas), qui se tient cette année à l'Université du Québec à Rimouski du 25 au 29 mai. Cette 83e édition a pour thème «Sortir des sentiers battus». Près de 3 500 scientifiques, dont 300 participants étrangers issus d'une trentaine de pays, se réuniront à Rimouski pour l'occasion. Parmi les 135 colloques présentés lors de cet événement, en voici quelques-uns organisés par des Uqamiens dans divers domaines de la connaissance.

Entre le religieux et le séculier

La diversité religieuse qui caractérise les sociétés québécoise et canadienne suscite depuis une quinzaine d'années des débats importants dans l'espace public. Le colloque La polarisation entre religieux et séculier dans les représentations sociales (26 mai) propose de se pencher sur l'hypothèse d'un clivage de plus en plus marqué entre une conception de la citoyenneté qui inclut l'expression publique de l'appartenance religieuse et celle qui postule son incompatibilité avec la sécularisation avancée de la société.

«Nous voulons comprendre pourquoi la volonté d'exempter l'espace public de manifestations ou d'objets religieux s'est renforcée au sein des cultures majoritaires dans les sociétés démocratiques», explique Micheline Milot, professeure au Département de sociologie et coresponsable du colloque avec la postdoctorante Sarah Wilkins-Laflamme. La sociologue estime que la religiosité est de plus en plus perçue comme un phénomène marginal, distant de l'expérience vécue par la majorité, et non comme faisant partie des nombreuses formes identitaires...

Avocat de la justice sociale

Le chargé de cours Jean-Guy Ouellet remporte le Mérite 2015 du Barreau du Québec.
 L'avocat et chargé de cours Jean-Guy Ouellet.Photo: Télé-Québec

Jean-Guy Ouellet (B.A sciences juridiques, 1981), chargé de cours en droit social au Département des sciences juridiques depuis 1991 et membre fondateur du cabinet d’avocats Ouellet, Nadon et Associé-e-s à Montréal, est le récipiendaire du Mérite 2015 du Barreau du Québec.

Depuis son admission au Barreau, en 1983, celui que plusieurs considèrent comme la référence en droit social au Québec fait entendre la voix de personnes vulnérables et démunies face à l’État ou à leur employeur. Jean-Guy Ouellet a participé aux débats en matière de droits et libertés fondamentales ainsi qu’à plusieurs luttes importantes, comme celles concernant l’ajustement des barèmes d’aide juridique, le respect de l’équité en matière de réglementation de l’aide de dernier recours et la dénonciation des détournements de la Caisse d’assurance-emploi.

Au fil des décennies, cet avocat épris de justice sociale a assumé la présidence du Comité des droits de la personne du Barreau du Québec et a contribué à lever les obstacles d’ordre juridictionnel pour les victimes de discrimination. Il a aussi participé à différentes activités de la Ligue des droits et libertés visant à faire reconnaître des droits économiques, sociaux et culturels comme des droits humains fondamentaux, tant au Québec qu'au Canada.

Jean-Guy Ouellet a agi, par ailleurs, comme conseiller et formateur pour des centrales syndicales et pour différentes organisations de défense des droits. Il joue un rôle de mentor auprès de jeunes juristes engagés en faveur de la justice sociale et de l’accès à la justice....

Projet artistique et pédagogique

L'École des arts visuels et médiatiques a participé à un projet inspirant avec Arprim, un centre d'essai en art imprimé.

[custom:slideshow]

Comme plusieurs petits centres d'artistes, le centre d'essai en art imprimé Arprim organise des activités pour amasser des fonds. «Cette année, Arprim a demandé à deux artistes – François Lacasse (M.A. arts plastiques, 1992), professeur à l'École des arts visuels et médiatiques, et Marc-Antoine K. Phaneuf (B.A. histoire de l'art, 2005) – de créer des œuvres originales et j'ai proposé une association avec l'École des arts visuels et médiatiques pour que les œuvres soient imprimées en sérigraphie dans nos ateliers par nos étudiants», explique le professeur Gwenaël Bélanger (M.A. arts visuels et médiatiques, 2009), qui est également président du conseil d'administration du centre.

Le projet s'intitulait À l'affiche et le lancement des estampes originales – des sérigraphies imprimées sur papier Stonehenge 100% coton (56 x 76 cm) et tirées à 50 exemplaires chacune – a eu lieu le 21 mai dernier chez Arprim, rue Sainte-Catherine Ouest, à Montréal. Les œuvres des deux artistes – Petits écrasements de François Lacasse et Karlsplatz Station de Marc-Antoine K. Phaneuf – explorent le potentiel de l'art imprimé dans leurs pratiques respectives, développées en peinture et en dessin.

Un projet pédagogique

Ce sont les étudiants Dominique Desbiens et Alexandre Ménard, du baccalauréat en arts visuels et médiatiques, qui ont eu la chance de se familiariser avec l'impression en série sur la machine one-arm de la section arts d'impression. Les techniciens Paul Lebel et Mathieu Jacques les ont épaulés. «Ils ont travaillé en étroite collaboration avec les deux artistes pour s'assurer entre autres du rendu des couleurs et ils ont énormément appris sur la technique, note Gwenaël Bélanger. Il est rare pour les étudiants d'avoir l'occasion de réaliser un projet aussi complexe, en plusieurs copies qui doivent toutes être impeccables. Et c'est mission accomplie!»

Une partie des profits aux étudiants

La beauté du projet: les profits du projet À l'affiche visent à soutenir les activités du centre Arprim, mais permettront également l'octroi de bourses destinées aux étudiants de l'École des arts visuels et médiatiques. «Une partie des profits sera en effet versé à la Fondation de l'UQAM pour créer un fonds qui permettra de financer des projets étudiants», souligne fièrement le professeur, qui espère répéter l'expérience l'an...

Plus d'actualités

22 Mai 2015

Deux Uqamiens au Canal Savoir

Un professeur et un chargé de cours commenteront leurs ouvrages à l'émission Publications universitaires.

22 Mai 2015

Stéphane Gilot à la Biennale de La Havane

Le professeur de l'École des arts visuels et médiatiques présente une installation architecturale et sonore.

22 Mai 2015

Prix en counseling

L’Association canadienne de counseling et de psychothérapie récompense le professeur Louis Cournoyer.

20 Mai 2015

Maus au théâtre

Un spectacle inspiré de Maus, d'Art Spiegelman, explore les liens entre bande dessinée et théâtre de marionnettes.

19 Mai 2015

Lectures de mai

Notre sélection mensuelle d'ouvrages publiés par des professeurs, chargés de cours, étudiants, employés, diplômés ou retraités de l'UQAM.