Les diamants du nord

15 Décembre 2006 à 0H00

Il y a 15 ans, aucun prospecteur de diamants digne de ce nom n'aurait perdu son temps à explorer les confins du Bouclier canadien. Rien dans l'histoire géologique de la région ne laissait croire aux compagnies minières qu'elles pourraient y trouver les fameuses pierres éternelles. Les mines de diamants, c'était l'affaire de la Russie, de l'Afrique du Sud ou de l'Australie... pas du Canada.

Une découverte du géologue Normand Goulet, professeur au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère de l'UQAM, a toutefois bousculé cette idée reçue au début des années 1990 et lancé au pays une véritable course aux carats. Depuis, le Canada est passé au troisième rang mondial des producteurs grâce aux mines Ekati et Diavik, construites dans les Territoires du Nord-Ouest. On y extrait des pierres d'une blancheur et d'une pureté exceptionnelles. Cet été, la compagnie DeBeers a amorcé la construction de la mine Victor, du côté ontarien de la baie James. Les investisseurs québécois espèrent que la Belle Province suivra bientôt.

Près des monts Otish, à 250 kilomètres au nord de Chibougamau, la société Ashton Mining a en effet découvert des centaines de petits diamants et une pierre de quatre carats. Si tout se passe comme souhaité, Ashton et son partenaire, la SOQUEM — une filiale de la Société générale de financement —, pourraient ouvrir la première mine diamantifère québécoise dans un avenir prochain.

L'aventure, c'est l'aventure

Normand Goulet connaît bien la région. Depuis 16 ans, il sillonne le nord de la province à bord de son Piper PA-11, un avion qu'il a lui-même construit à partir des pièces d'un appareil accidenté! Il part à l'aventure, souvent pour plusieurs semaines, équipé de sa tente, de sa canne à pêche et de son revolver. «Je me suis fait pourchasser par un ours noir il y a quelques années. Maintenant, je prends mes précautions.»

À chaque expédition, ce passionné de la nature tente d'en apprendre un peu plus sur l'histoire des roches qui ont formé notre pays. Il note minutieusement dans son carnet un tas de renseignements sur la formation des pierres et minéraux précieux, ainsi que les meilleurs endroits pour les trouver. Rien, toutefois, ne l'avait préparé à la découverte qu'il a faite en 1992, à 1100 kilomètres au nord de Sept-Îles, tout près du 60e parallèle.

«J'étais sur le terrain pour étudier la formation des Torngat, la plus haute chaîne de montagnes canadienne à l'est des Rocheuses, raconte-t-il. La chaîne est issue du choc entre deux continents précambriens, l'un vieux de 3,6 milliards d'années et l'autre de 2,7 milliards. Durant mes recherches, je suis tombé sur une roche qui m'a paru plus jeune que les autres. Elle semblait avoir émergé des profondeurs de la Terre. En plus, elle était sertie de grenats très particuliers, souvent indicateurs de la présence de diamants.»

Une trouvaille insolite

De retour à Montréal, Normand Goulet n'a pas tardé à apporter la trouvaille insolite dans son laboratoire. Avec un de ses étudiants, Stéphane Digonnet, il a procédé à une analyse au microscope à balayage électronique. La roche contenait, en effet, de petits amas de carbone pur : de minuscules diamants. «Nous étions sidérés», se souvient le professeur.

Il faut savoir que les diamants se forment à température très élevée, sous haute pression, dans les profondeurs de la Terre. Pour remonter à la surface, ils doivent prendre un «taxi». «En fait, ils sont entraînés par de la kimberlite en fusion, lorsque celle-ci se fraie un chemin vers les couches supérieures du manteau terrestre, explique le professeur. Évidemment, le magma de kimberlite doit être en mesure de trouver un passage : des failles ou des cheminées dans la croûte terrestre.»

Or, les géologues ont longtemps cru qu'il n'existait pas de failles suffisamment importantes dans le Bouclier canadien pour laisser monter la kimberlite et les pierres précieuses. Cette croyance a volé en éclat à la suite des révélations faites par Normand Goulet.

Depuis, des prospecteurs ont survolé le Bouclier canadien d'est en ouest, se déplaçant à basse altitude pour envoyer de puissantes ondes magnétiques vers le sol. En mesurant la façon dont ces ondes se propagent dans les profondeurs de la Terre, ils ont découvert que le Bouclier était traversé de failles insoupçonnées. « On pensait que cette portion de l'écorce terrestre était d'une stabilité à toute épreuve, explique le géologue. On comprend maintenant qu'elle a bougé plus qu'on ne le croyait et qu'elle s'est fissurée à plusieurs endroits. On tente actuellement de comprendre l'organisation de ces fissures, notamment dans le coin des monts Otish, une zone particulièrement prometteuse.»

Un potentiel énorme

Même si l'exploitation d'une mine dans les monts Torngat n'a pas été jugée rentable, le potentiel diamantifère du Québec serait énorme. Selon Normand Goulet, les découvertes ne font que débuter. À tel point que, lors de l'élaboration de la Stratégie pancanadienne du diamant — approuvée en 2005 par les ministres provinciaux et territoriaux responsables des mines —, le professeur a proposé de créer au Québec, et de préférence à l'UQAM, un centre d'excellence pour aider l'industrie à identifier des stratégies d'exploration, à cartographier les régions prometteuses ou à dater les échantillons. «Un tel centre est aussi nécessaire pour former la main-d'oeuvre dont les compagnies de prospection ont un urgent besoin, ajoute-t-il. En plus des étudiants de l'UQAM, on pourrait former des autochtones, directement sur le terrain.»

Le professeur souligne que l'Université de la Colombie-Britannique est déjà dotée d'un centre de recherche voué à l'étude du diamant : le Diamond Exploration Lab. Ce laboratoire a été construit grâce à un don privé de 50 millions de dollars fait par le géologue Stewart Blusson. «Il est l'un des premiers à avoir demandé des droits miniers pour l'exploration diamantifère dans les Territoires du Nord-Ouest», explique Normand Goulet. Et lui, a-t-il acquis de tels droits au Québec ? « Non, répond-il. Je suis trop dévoué à la recherche... Et peut-être un peu nono.»

PARTAGER