Le centre de recherche BioMed: mieux vaut prévenir...

19 Février 2007 à 0H00

Avec BioMed, la recherche dans le domaine biomédical à l'UQAM se positionne en amont de la guérison des pathologies humaines et sociales. «Le but ultime de nos recherches est d'être capable d'agir avant que la maladie ne frappe», explique Julie Lafond, professeure au Département des sciences biologiques et directrice du centre de recherche depuis 2004. «La prévention et la détection sont au coeur de nos recherches, qui touchent également, mais dans une moindre mesure, au volet curatif», ajoute Mme Lafond.

Fondé en 2003, BioMed regroupe une vingtaine de chercheurs, parmi lesquels plusieurs professeurs de chimie, de biochimie et de sciences biologiques. Deux chaires de recherche du Canada y sont également associées : celle en oncologie moléculaire du professeur Borhane Annabi, et celle en rétrovirologie humaine du professeur Benoit Barbeau.

Plusieurs projets de recherche sont en cours, axés sur l'une ou l'autre des deux orientations principales du centre, soit les échanges tissulaires et le cancer. «Un regroupement comme BioMed permet aux chercheurs de jouir d'une meilleure visibilité, notamment auprès des organismes subventionnaires», souligne Mme Lafond, en précisant que le centre recueille des fonds de recherche de quelque cinq millions de dollars par année. Tous les chercheurs du centre font également partie de l'Institut Santé et société, et ils publient régulièrement des articles dans les revues du domaine biomédical, ajoute-t-elle.

Le troisième colloque annuel de BioMed aura lieu le 2 mai prochain, dans la salle polyvalente du pavillon Sherbrooke

PARTAGER