La direction de l'UQAM lance un appel à ses étudiants

15 Février 2008 à 5H00

La direction de l'Université exhorte les étudiants à rejeter des moyens d'action dont seront directement victimes l'UQAM, sa communauté étudiante, son personnel et ses diplômés. «Il en va de la capacité de l'Université d'accomplir sa mission et de servir la société», souligne la Direction.

Une troisième association étudiante de l'UQAM s'est prononcée contre la grève le 14 février dernier. Il s'agit de l'Association facultaire des étudiants et étudiantes en arts (AFEA), dont les membres réunis en assemblée générale ont renoncé à la grève comme moyen de pression.

Plus tôt cette semaine, l'Association facultaire étudiante de science politique et de droit (AFESPED) et de l'Association facultaire étudiante des lettres, langues et communications (AFELLC) s'étaient opposées à une grève étudiante.

Rappelons que l'Association facultaire étudiante des sciences humaines (AFESH) a résolu le 6 février dernier de s'engager dans une «grève générale illimitée» en lien avec le dégel des droits de scolarité décrété par le gouvernement du Québec et le plan de redressement de l'UQAM qui doit être déposé prochainement.

L'AFESH tiendra une assemblée afin de voter sur la reconduction de ces moyens de pression le 18 février de 10 h à 12 h, et de 13 h 30 à 18 h, à la salle Marie-Gérin-Lajoie et au Studio Théâtre Alfred-Laliberté, qui seront reliés par système audio et vidéo.

«Au moment où l'UQAM s'efforce de trouver des solutions à la crise financière qui l'affecte, toute perturbation de la vie académique risque d'aggraver sa situation budgétaire et de nuire aux étudiants désireux de poursuivre leurs études à l'UQAM, observe la Direction. Du même coup, les nombreuses personnes qui ont manifesté leur intention d'entreprendre l'an prochain des études dans notre établissement pourraient être amenées à reconsidérer leur décision.» Toute baisse d'inscription entraînerait automatiquement des revenus moindres pour l'UQAM, rendant plus difficile le retour à la santé financière.

La direction de l'Université rappelle enfin qu'elle cherche à tout mettre en œuvre pour résoudre la crise qui affecte l'UQAM et assurer la qualité de la formation offerte à ses 42 000 étudiants.

******

Communiqué de presse

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE