Donner au suivant

24 Novembre 2008 à 0H00

Assurer la pérennité de son engagement. Commémorer le souvenir d'un proche. Appuyer la mission d'accessibilité de l'UQAM. Ce sont là quelques-unes des motivations évoquées par trois femmes qui ont effectué un don planifié à la Fondation de l'UQAM au cours des derniers mois et qui ont accepté de témoigner. Tous ces dons visent la création de bourses d'études.

Bourse Couture-Latour

Francine Couture, professeure au Département d'histoire de l'art, s'est engagée à faire un don planifié de 50 000 $ par legs testamentaire afin de créer une bourse de 2 000 $ destinée aux étudiants de cycles supérieurs en histoire de l'art. «Je quitte l'UQAM l'an prochain, après 36 années d'enseignement, et je vois ce don comme étant la continuité de mon travail», souligne Mme Couture.

La bourse qui sera créée portera le nom de Couture-Latour, en mémoire de son conjoint, Jean-Pierre Latour, décédé il y a trois ans. «Mon mari était critique d'art, ajoute-t-elle. Il a été directeur artistique d'un centre d'art contemporain à Gatineau et chargé de cours à l'UQAM et à l'UQO. Nous n'avons pas eu d'enfants et nos premiers héritiers sont les étudiants.» La bourse Couture-Latour sera réservée aux étudiants qui se spécialisent dans le domaine «Art contemporain et société», précise la professeure, dont l'expertise se situe dans le domaine de la sociologie de l'art.

Bourse Claude-Courchesne

Louise Laplante travaille à l'Orchestre symphonique de Montréal, à titre de responsable des affaires gouvernementales et projets spéciaux. Son conjoint, Claude Courchesne, était professeur retraité de l'École des arts visuels et médiatiques. Il est décédé à l'été 2007. «Il était très engagé à l'UQAM, dont il a été l'un des pionniers, dit-elle. Il a œuvré à la formation du Département d'arts plastiques 2D, dont il a ensuite été directeur, et il a toujours défendu l'étude de l'art contemporain dans un contexte universitaire, qui était pour lui un lieu inestimable de recherche et de découverte.»

Mme Laplante avait déjà deux enfants lorsqu'elle a rencontré Claude Courchesne, qui lui en avait trois. «Nous n'avons pas eu d'enfant ensemble, nous devions d'abord aimer ceux qui étaient là, dit-elle en riant. Mais il a été clair, très tôt dans notre relation, que nous souhaitions léguer un sixième de nos avoirs, de façon symbolique, pour l'enfant que nous n'avons jamais eu ensemble.» La bourse Claude-Courchesne sera donc créée pour venir en aide aux étudiants de la maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Bourse William-Cipihot

Ghislaine Martineau, infirmière à la retraite, a toujours apprécié l'UQAM. «Je suis une fervente nationaliste et l'éducation est l'une des valeurs les plus importantes à mes yeux, explique-t-elle. L'UQAM, qui a toujours mis de l'avant sa mission d'accessibilité aux études supérieures pour l'ensemble de la population, est vitale pour une société comme la nôtre.»

À la suite du décès de son petit-fils William Cypihot, en août 2005, Mme Martineau a voulu laisser, par legs testamentaire, un septième de ses avoirs, soit la part d'héritage de William, pour créer un fonds de bourses à sa mémoire. La bourse sera offerte annuellement à un étudiant à la maîtrise en science politique.

***

Le don planifié

Le don planifié se décline en plusieurs options, les plus courantes étant le don par testament et le don par assurance-vie. Chaque donateur choisit de quelle façon seront utilisées les sommes léguées à son décès.

Un don planifié demande réflexion et préparation, puisque rien n'est laissé au hasard sur les plans financiers, fiscal et successoral. La Fondation de l'UQAM se fait un plaisir de conseiller et d'accompagner les personnes intéressées à effectuer un don planifié. Succédant à Marie Archambault qui vient de prendre sa retraite, Sylvie Bouchard est responsable de ce dossier à la Fondation.

***

CATÉGORIES
PARTAGER