Fonctionnaire fédéral en résidence

27 Octobre 2008 à 0H00

Après 22 ans de services dans quatre différents ministères du gouvernement fédéral, il s'est retrouvé en avril dernier dans un petit bureau de la Faculté de science politique et de droit. «À Ottawa, j'étais souvent accaparé par les nombreuses réunions, mais ici j'ai du temps pour réfléchir et écrire», raconte en riant Tom Balfour.

Directeur général des communications à Citoyenneté et Immigration Canada, Tom Balfour est le premier fonctionnaire fédéral en résidence à l'UQAM. Détaché de ses fonctions dans le cadre d'un programme de l'École de la fonction publique du Canada, il logera à la Faculté de science politique et de droit jusqu'en mai prochain.

À titre de spécialiste en communication, il est invité à participer à des séminaires de cycles supérieurs et à certains cours de premier cycle, dont celui intitulé «Organismes décisionnels et centraux du gouvernement» dans le cadre du programme de baccalauréat en gestion publique, offert conjointement par l'École des sciences de la gestion et la Faculté de science politique et de droit.

L'École de la fonction publique du Canada a créé en 2002 le «Programme visant les fonctionnaires en résidence» (PFER), qui offre aux fonctionnaires la possibilité de nouer des liens avec les universités canadiennes, où ils s'acquittent de tâches reliées à l'enseignement et à la recherche dans le domaine de l'administration publique. En retour, le programme permet au gouvernement fédéral d'avoir une meilleure connaissance des besoins des universités et de leurs activités de recherche. «Cette année, une dizaine d'universités ont participé au programme et l'UQAM a été la première au Québec à accueillir un fonctionnaire en résidence», dit M. Balfour.

Recruter des étudiants

Le rôle de Tom Balfour consiste notamment à informer les étudiants de l'UQAM sur les perspectives d'emploi au sein de la fonction publique. Avec les nombreux départs à la retraite, le gouvernement fédéral accorde en effet beaucoup d'importance au renouvellement des effectifs. «Nous avons besoin de sang neuf pour bâtir une fonction publique forte et dynamique, souligne le fonctionnaire. C'est pourquoi le gouvernement a créé un programme de recrutement qui, l'an dernier, visait l'embauche de près de 4 000 étudiants universitaires. Il est possible pour eux d'obtenir un poste dans un ministère, non seulement à Ottawa, mais aussi dans une autre province, et même à l'étranger.»

Depuis son arrivée, Tom Balfour participe également à la rédaction d'un manuel de l'administration publique, en collaboration avec Marcel Couture, professeur au Département de science politique. «Je travaille à l'écriture d'un chapitre consacré à l'administration fédérale en région, un aspect qui n'a jamais été abordé, ni enseigné, explique-t-il. Nous voulons reprendre l'histoire récente de l'administration publique en remontant au début des années 1990. L'ouvrage pourra être utilisé à des fins d'enseignement dans des cours de premier cycle en administration, non seulement à l'UQAM, mais aussi dans d'autres universités francophones.»

Ce fonctionnaire parfaitement bilingue est disponible pour rencontrer, écouter et conseiller des étudiants qui veulent en savoir davantage sur le rôle et le fonctionnement de la fonction publique fédérale.

Tom Balfour dit avoir été frappé par la qualité de l'accueil reçu et par le dévouement des professeurs, chargés de cours et employés de l'UQAM. «J'ai découvert un autre univers, particulièrement stimulant. Ma présence prouve qu'on n'est jamais trop vieux pour apprendre.»

PARTAGER