La soirée du basket

8 Décembre 2008 à 0H00

Alexandre Tourigny et Karine Côté sont diplômés du baccalauréat en journalisme. Lui est rédacteur à RDS, elle est pigiste, et les deux adorent se retrouver au Centre sportif pour décrire et analyser les matchs des Citadins, dans le cadre de l'émission La soirée du basket, diffusée à CHOQ.FM.

Créée il y a six ans par les diplômés Antoine Deshaies et Hugo Roberge-Morissette, La soirée du basket retransmet tous les matchs à domicile des Citadins durant la saison régulière, et ceux des séries éliminatoires le cas échéant. Alexandre Tourigny a pris la relève d'Antoine Deshaies à la description des matchs en 2005-2006. «Ce n'était pas si facile de suivre le rythme au début. Je me suis pratiqué souvent chez moi», admet-il en riant. Il lève son chapeau à l'ancien analyste de l'émission, Damien Miloch, qui lui a appris les termes francophones propres au basketball, tels que «tir en foulée» plutôt que lay-up et «tir en crochet» plutôt que hook shot.

Karine Côté s'est jointe à l'équipe l'an dernier à titre d'analyste, après avoir été, comme Alexandre, reporter sur le terrain durant les matchs. «J'ai eu la piqûre du direct instantanément», confie cette ancienne joueuse de basketball collégial AAA.

Un travail d'équipe

Les jours de matchs (vendredi ou samedi), Alexandre et Karine se retrouvent en après-midi dans les locaux de CHOQ.FM. Ils dénichent sur le Web quelques statistiques pertinentes sur les joueurs en uniforme afin d'enrichir leurs interventions durant le jeu qu'ils décriront en soirée, en direct du Centre sportif. «Contrairement au sport universitaire américain, qui est très populaire et abondamment commenté dans les médias hors campus, nous devons nous-mêmes analyser les performances des joueurs et les mettre en perspective pour le bénéfice des auditeurs», explique Karine Côté.

Durant l'émission, le duo Tourigny-Côté est épaulé par un technicien à la mise en ondes, Gregory Eraste - «une perle», soulignent-ils - et un reporter sur le terrain, Denis Bélanger, qui recueille les commentaires des joueurs, entraîneurs et parfois des spectateurs. C'est lui qui doit «plonger» son micro au-dessus du caucus de l'équipe locale lors des temps d'arrêt afin de capter ce qui s'y dit. «Nous sommes les seuls à offrir cela aux auditeurs», souligne Alexandre.

En fait, CHOQ.FM a été la première radio étudiante québécoise à diffuser des matchs de basketball. Les radios étudiantes CHYZ.FM (Université Laval) et CJLO (Concordia) ont suivi.

Qui écoute du basketball à la radio? «Nous avons reçu l'an dernier un courriel du copain d'une joueuse de McGill qui était à Vancouver et qui nous écoutait», raconte Alexandre. «Les parents et amis qui habitent en région et qui ne peuvent assister aux matchs écoutent aussi l'émission», ajoute Karine.

Des émotions fortes

Rémunérés par le Centre sportif, Alexandre et Karine avouent être partisans, parce qu'ils ont étudié à l'UQAM, mais néanmoins professionnels. «Nous ne nous gênons pas pour critiquer les joueurs qui jouent mal et les décisions des entraîneurs, dit Alexandre. J'ai même tendance à être parfois plus dur envers les Citadins qu'envers l'équipe adverse.» «On ne peut pas être indifférent, plaide Karine. La défaite subie l'an dernier en finale contre Laval, par exemple, a été crève-cœur pour tout le monde. C'est tellement plus agréable quand les Citadins l'emportent!»

Alexandre Tourigny a encore des frissons lorsqu'il repense au championnat provincial remporté par l'équipe masculine de basketball de l'UQAM face à l'Université Laval, le 9 mars 2006. «C'est l'une de mes meilleures expériences professionnelles, affirme-t-il. Il y avait peut-être 30 ou 40 supporters des Citadins contre 2 500 fans du Rouge et Or. Damien (Miloch) et moi étions survoltés!»

Karine Côté, quant à elle, se rappelle avec émotion du match du 25 janvier dernier, au Centre sportif, alors que l'équipe féminine des Citadins l'a emporté pour la première fois de son histoire face au Rouge et Or de l'Université Laval. «Nous n'avions pas de reporter sur le terrain, alors j'ai dû descendre et effectuer les entrevues. Jacques Verschuere (l'entraîneur de l'équipe) était tellement content. Il me tenait le bras et répétait : On l'a eu! On l'a eu!»

L'an dernier, le duo a accepté à pied levé l'offre du Canal VOX pour assurer la description des matchs de la finale masculine et féminine de basketball collégial AAA. Un défi relevé avec brio, comme tous les matchs des Citadins qu'ils ont décrits ensemble jusqu'ici.

«Peut-être y aura-t-il du basketball universitaire à la télévision dans un avenir rapproché?», demande Alexandre qui, à l'instar de sa collègue, n'hésiterait pas un instant à plonger dans l'aventure. D'ici là, il adore son travail de rédaction à RDS. Karine, elle, songe à entreprendre un deuxième baccalauréat, cette fois en kinésiologie, afin de continuer à parler de sport et à faire la promotion de la santé physique, un sujet qui lui tient à cœur.

PARTAGER