Lancement de la Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement

10 Octobre 2008 à 5H00

C'est hier qu'a eu lieu le lancement officiel de la Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement de la Faculté des sciences humaines. La titulaire de la Chaire, Diane Morin, professeure au Département de psychologie, réunira des chercheurs chevronnés provenant de diverses disciplines, de différentes universités et du milieu de la pratique. Ensemble, ils collaboreront au développement de la recherche sur les troubles du comportement des personnes ayant une déficience intellectuelle. «La formation de la relève est également importante, puisque la demande est forte pour des psychologues spécialisés en déficience intellectuelle», affirme Mme Morin.

Cette chaire compte sur le soutien de plusieurs donateurs, tels que la Fondation L'Intégrale (25 000 $), le Consortium national de recherche sur l'intégration sociale (30 000 $), les Services de réadaptation L'Intégrale (100 000 $), le Centre Miriam (100 000 $), le Centre de réadaptation Lisette-Dupras (100 000  $), le Centre de réadaptation Gabrielle-Major (100 000 $) et le Centre de réadaptation de l'ouest de Montréal (100 000 $).

La mission de la Chaire

- Développer une expertise de pointe en recherche dans l'évaluation des troubles du comportement et l'intervention auprès de personnes ayant une déficience intellectuelle;

- Améliorer la pratique et répondre à des questions au moyen d'études empiriques systématiques appliquées à des problématiques concrètes;

- Assurer l'échange des connaissances et de l'information concernant les troubles du comportement entre le milieu de la pratique et de la recherche.

Exemples de projets de recherche

- Étude sur la relation et l'interaction entre les problèmes de santé des personnes ayant une déficience intellectuelle et la présence de troubles du comportement;

- Étude sur la prévalence des troubles du comportement et des facteurs de risque;

- Évaluation et planification des besoins de soutien individualisés des personnes ayant une DI et des troubles du comportement;

- Étude des phénotypes comportementaux des personnes ayant un syndrome génétique associé à une déficience intellectuelle (par ex. trisomie 21, syndrome du X fragile, syndrome de Prader-Willi);

- Évaluation de la prévention des troubles du comportement en favorisant une implantation de l'approche de soutien de comportements positifs («Positive Behavior Supports»).

***

Communiqué de presse

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE