Les professeurs Georges Leroux et Alain-G. Gagnon élus à la Société Royale du Canada

10 Septembre 2008 à 5H00

Georges Leroux, professeur associé au Département de philosophie et Alain-G. Gagnon, professeur au Département de science politique, ont été élus récemment membres de la Société Royale du Canada. Il s'agit de la plus importante distinction qui puisse être accordée aux chercheurs, aux artistes et aux scientifiques au Canada. Tous les membres de la Société Royale du Canada sont élus par leurs pairs en reconnaissance de leurs réalisations académiques, scientifiques ou artistiques.

Georges Leroux
Élu à la Division des sciences humaines de l'Académie des arts, des lettres et des sciences humaines, Georges Leroux est spécialiste de la philosophie grecque tardive. Il a consacré des travaux importants à la tradition néoplatonicienne et en particulier à Plotin. Il est également traducteur, entre autres, de Platon et de Plotin. En plus de sa traduction de la République de Platon (GF Flammarion, Paris, 2002), il a consacré plusieurs travaux aux problèmes de la liberté et à l'interprétation de la métaphysique des principes dans la tradition platonicienne.

Alain-G. Gagnon
Élu à la Division des sciences sociales de l'Académie des sciences sociales, Alain-G. Gagnon est un chercheur de réputation internationale. Ayant connu des traductions en plus de 12 langues, ses travaux ont contribué à promouvoir de nouvelles approches conceptuelles et théoriques en sciences sociales ainsi qu'à inscrire le Québec et le Canada au coeur des débats sur la diversité nationale et culturelle. II a été un précurseur, en science politique, de l'étude comparée des petites nations et des sociétés multinationales.

Les professeurs Leroux et Gagnon, qui seront officiellement accueillis par la Société Royale du Canada lors d'une cérémonie qui aura lieu le 15 novembre prochain à Ottawa, ont été félicités pour ces honneurs par le recteur et les membres de la Commission des études, le 9 septembre dernier.

***

Communiqué de presse

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE