L'extraordinaire courage d'un tétraplégique

31 Mars 2008 à 0H00

C'est en plongeant dans une piscine que Stéphane Braney s'est littéralement cassé le cou, à l'âge de 27 ans. Père d'une fillette de trois ans et demi, il apprenait quelques jours plus tard que sa conjointe était enceinte. Aujourd'hui, 14 ans après cet accident qui l'a rendu tétraplégique, il est à la tête d'un cabinet-conseil en administration, en plus d'être commissaire au développement économique au Centre local de développement d'Argenteuil et conseiller municipal de la ville de Lachute, rien de moins! M. Braney est le lauréat du Prix Reconnaissance UQAM 2008, décerné par la TÉLUQ pour son implication dans son milieu, son courage, son attitude positive et sa ténacité.

«Je suis très heureux de cet honneur, mais ce que j'accomplis n'est pas exceptionnel, ce n'est que mon quotidien», assure Stéphane Braney, qui était fonctionnel à peine six mois après son accident. «J'ai eu beaucoup d'aide de ma famille, de mes amis et de mon ex-employeur, qui m'ont permis d'acheter le matériel nécessaire et d'emménager dans une maison adaptée», souligne-t-il.

Modeste, il effleure à peine la force de caractère hors du commun qui lui a permis de surmonter ces nouveaux défis, à commencer par la maîtrise de son fauteuil roulant motorisé, qu'il dirige avec son appui-tête. «Je n'ai rien à envier à Schwarzenegger quant aux muscles du cou», dit-il en riant. Il a également appris à manier le bâton buccal, avec lequel il peut taper sur un clavier d'ordinateur ou de téléphone. «Au début, je rageais souvent et j'envoyais valser le bâton, mais j'ai fini par maîtriser la technique», se rappelle-t-il. Aujourd'hui, il bat Tiger Woods au Playstation! «J'ai choisi d'agir plutôt que de subir et ça a fait toute la différence», dit-il aux jeunes qu'il rencontre à l'occasion de conférences dans les écoles et les hôpitaux.

Un homme occupé

«Les gens de la TÉLUQ m'ont bien soutenu tout au long de mes études», tient à préciser Stéphane Braney, qui était directeur d'une succursale de centre de rénovation avant son accident. Il a d'abord complété un certificat en administration, en 2001, avant de poursuivre et d'obtenir un baccalauréat en administration des affaires, en 2005. Il s'est aussi impliqué au sein de l'association étudiante, puis au sein du conseil d'administration de l'institution. «J'ai recommandé la TÉLUQ à plusieurs personnes depuis mon passage, dit-il, et je compte m'y réinscrire pour compléter mon DESS en finance d'entreprise, que j'avais interrompu faute de temps.»

Stéphane Braney est un homme occupé. Après ses études, il a mis sur pied Braney et associés, un cabinetconseil en administration. «Je suis consultant en management, expliquet- il. Je m'occupe autant de démarrage d'entreprise que d'expansion, de redressement, de formation et de coaching.» Membre de l'Ordre des administrateurs agréés, il siège au conseil de plusieurs organismes et il est actuellement consultant pour le Centre local de développement de sa région.

Il fête cette année les dix ans de la Fondation qui porte son nom. Celleci fait la promotion du respect des personnes à mobilité réduite et aide certaines d'entre elles en achetant les équipements nécessaires à leur maintien à domicile. «On ne veut pas se substituer au système, mais simplement donner un coup de main aux gens, explique M. Braney. Ce n'est pas tout le monde qui a la chance d'être épaulé comme je l'ai été.»

Une implication totale

En 2005, l'année de son admission au Cercle d'excellence de l'Université du Québec, Stéphane Braney s'est présenté comme conseiller municipal à Lachute. Au début de la campagne électorale, en septembre et en octobre, il allait rencontrer les gens dans leur entrée de garage. Quand le froid s'est mis de la partie, il s'est rabattu sur le téléphone, le jour, le soir et les fins de semaine. «J'ai pris le pouls des citoyens de mon quartier, qui avaient tous mon numéro de cellulaire pour me joindre, même le samedi et le dimanche matin, raconte-t-il. Et c'est encore comme ça ! Quand je m'implique, je m'implique totalement.»

Élu avec 67 % des voix, Stéphane Braney est devenu le premier conseiller municipal tétraplégique au Québec. «Je participe aux travaux d'une dizaine de comités et j'adore ça», dit-il.

Ses parents, qui habitent avec lui depuis 1997 et qui sont retraités, l'accompagnent dans ses déplacements professionnels. «Ils ont mis leur vie de côté pour que je puisse vivre la mienne», dit-il, reconnaissant. Sa fille est désormais âgée de 16 ans et son fils a 13 ans. «Je chéris chacun des moments passés en leur compagnie, conclut-il. La vie est fragile, je suis bien placé pour le savoir.»

PARTAGER