Marier chiffres et comportements

7 Juillet 2008 à 0H00

Quel est l'impact des services de garde sur la participation des jeunes mères au marché du travail? Les services de garde ont-ils des effets dynamiques sur l'emploi des femmes à long terme? Qu'est-ce qui compte le plus dans le succès scolaire de l'enfant? Les caractéristiques familiales ou l'école? Quels sont les liens entre la consommation de médicaments et le niveau de revenu? Et quels sont les déterminants socioéconomiques de l'obésité au Canada?

Voilà quelques-unes des questions sur lesquelles se penchent les chercheurs qui utilisent l'antenne uqamienne du Centre interuniversitaire québécois des statistiques sociales (CIQSS). Dirigé par Pierre Lefebvre, professeur au Département des sciences économiques, le CIQSS-UQAM offre six terminaux aux scientifiques intéressés à prospecter les microdonnées détaillées issues des enquêtes populationnelles de Statistique Canada.

«Depuis les années 1990, Statistique Canada a lancé six grandes enquêtes longitudinales, dit Pierre Lefebvre. Ainsi, depuis 1994, on suit 22 000 enfants qui étaient âgés au départ de 0 à 11 ans et on recueille toutes sortes d'informations sur leur famille et sur leur parcours scolaire. Ce sont les données de cette enquête qui nous permettent d'étudier l'influence respective de la famille et du milieu scolaire sur la réussite à une épreuve standardisée de mathématique. D'après nos résultats, la famille est déterminante, mais une bonne école et un bon prof, cela compte.»

Les données québécoises de l'enquête ont aussi permis de vérifier l'impact réel de l'école privée, au-delà du biais de sélection dont celleci bénéficie. Plutôt que de comparer les résultats des élèves du public à ceux du privé, on a examiné le parcours des jeunes qui passent du public au privé au moment de faire le saut au secondaire. Voient-ils leurs résultats en mathématiques s'améliorer? «Oui, concède Pierre Lefebvre. Le fait de passer au privé a un impact important sur les résultats.»

Ses collègues Pierre Doray, du Département de sociologie, et Benoît Laplante, de l'INRS, utilisent quant à eux les données de l'Enquête auprès des jeunes en transition, qui suit les jeunes dans la vingtaine, une période où se font des choix déterminants pour l'avenir, et tentent, entre autres, de déterminer les facteurs qui peuvent influencer la décision de poursuivre des études postsecondaires.

Une autre source riche en possibilités de recherche est l'Enquête sur la santé dans les collectivités. C'est en se basant sur les données de cette enquête que Patrice Côté, étudiant à la maîtrise en sciences économiques sous la direction du professeur Pierre Ouellet, poursuit une étude évaluant l'impact de facteurs tels que le prix des aliments ou l'offre de restauration sur la prédisposition à l'obésité.

«Le CIQSS donne accès à une véritable mine de renseignements, que ce soit les enquêtes longitudinales, les grandes enquêtes sociales sur la famille, l'engagement social ou l'emploi du temps, les données de recensement ou l'Enquête sur la santé dans les collectivités», dit Pierre Lefebvre.

PARTAGER