Renouvellement du partenariat UQAM-MICC pour la francisation des immigrants

6 Février 2008 à 5H00

L'UQAM vient de renouveler, pour une durée de trois ans, son partenariat avec le ministère québécois de l'Immigration et des Communautés culturelles (MICC) pour la formation à temps complet en langue française d'immigrants adultes non francophones. La décision a été entérinée, en décembre, par le conseil d'administration de l'UQAM pour la période du 12 novembre 2007 au 31 juillet 2010. Dans ce contexte, au nom de la ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles, Mme Yolande James, le sous-ministre, M. Marc Lacroix, a rencontré aujourd'hui à l'UQAM le vice-recteur aux Affaires publiques et au développement et secrétaire général, M. Pierre Parent, ainsi que les responsables du partenariat, des enseignants et des étudiants du programme de francisation.

Partenariats successifs
L'apprentissage du français, langue officielle au Québec, est l'une des conditions essentielles à l'intégration des immigrants. L'UQAM, comme d'autres universités et cégeps, y contribue de manière importante. Ainsi, des partenariats entre le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles et l'UQAM se sont succédé depuis 1999, année d'une expérience-pilote qui combinait l'enseignement du français et l'organisation d'activités d'intégration. Puis, dans le cadre du Programme de francisation et d'intégration des immigrants, appelé Programme UQAM-MICC, des ententes de partenariats furent signées en 2001 et en 2004.

Les immigrants qui s'inscrivent au programme sont recrutés par le ministère. Ce sont des professionnels pour la plupart - médecins, enseignants, pharmaciens, informaticiens - qui ont fait des études universitaires dans leur pays. Ils proviennent principalement d'Amérique latine, d'Europe de l'Est et d'Asie.

Aujourd'hui, près de 1000 immigrants par année suivent, pendant 11 semaines, une formation intensive de 30 heures par semaine à l'UQAM, comprenant 20 heures de cours de français et 10 heures d'activités d'intégration. Ils sont regroupés en trois blocs : débutants, intermédiaires et avancés. Les cours, non crédités et offerts gratuitement, sont dispensés par des enseignants du ministère, tandis que l'Université accueille les étudiants dans ses locaux et est responsable des activités d'intégration et de soutien à l'apprentissage.

Trois grands thèmes sont explorés à travers les différentes activités d'intégration qui favorisent la consolidation des acquisitions et l'apprentissage des valeurs de la société québécoise : l'UQAM et le Quartier latin; Montréal et les régions du Québec; l'emploi et les études. Des activités, dont certaines à caractère ludique, permettent d'acquérir des connaissances sur l'histoire du Québec, sa culture et ses habitants, dont escapades au Jardin botanique, au Biodôme et au marché Jean-Talon; visites du Musée des Beaux-arts, du Musée Pointe-à-Callière et du Centre d'histoire de Montréal; rallye à l'UQAM et sur le Plateau Mont-Royal; ateliers sur l'histoire du Québec et les stratégies de recherche d'emploi; séances d'information sur le système de santé au Québec, les normes du travail et le Centre des femmes de Montréal.

Formés et supervisés par l'UQAM, les moniteurs et monitrices responsables des activités d'intégration sont souvent des étudiants : finissants du baccalauréat en enseignement du français langue seconde, de la maîtrise en études littéraires, ou encore de la maîtrise en relations internationales. Quant aux immigrants-étudiants, certains d'entre eux, au terme de leur parcours de formation, décident de s'inscrire à un programme d'études à l'UQAM. En sus du programme de francisation avec le MICC, sous la responsabilité du Bureau des ressources académiques, l'UQAM offre des formations linguistiques en entreprise et des formations créditées en langues.

******

Communiqué de presse

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE