Une diplômée et deux professeurs de l'ESG UQAM obtiennent le prix Harry Johnson du meilleur article de la Revue canadienne d'économique

15 Juillet 2008 à 5H00

Le Prix Harry Johnson 2008, décerné pour le meilleur article publié dans la Revue canadienne d'économique/Canadian Journal of Economics, a été attribué à Véronique Flambard, Pierre Lasserre et Pierre Mohnen pour «Snow Removal Auctions in Montreal : Costs, Informational Rents, and Procurement Management».

L'article est tiré de la thèse de doctorat en économique de Véronique Flambard (1999), dirigée par Pierre Lasserre, professeur au Département des sciences économiques, et Pierre Mohnen, qui a été professeur au même département avant d'accepter un poste à l'Université de Maastricht. Véronique Flambard enseigne aujourd'hui à l'Université de Lille.

Dans cet article, les auteurs ont étudié les contrats de déneigement attribués par la Ville de Montréal par appels d'offre entre 1990 et 1998. Lors de ce genre de procédure, ce sont les entrepreneurs qui soumissionnent avec le coût le plus bas qui obtiennent les contrats. La Ville ne connaît cependant pas les coûts réels de l'opération de déneigement pour chaque entrepreneur. Il se peut donc que celui-ci puisse utiliser cette information pour dégager un supplément de profit, ce que l'on appelle dans le jargon une «rente informationnelle». «Nous avons étudié ces appels d'offre et analysé les prix soumis par les gagnants et les perdants, explique Pierre Lasserre. À l'aide de techniques d'estimation, nous avons pu déduire le coût réel de chacun des contrats.»

Les auteurs ont constaté que, de 1990 à 1998, les prix soumis et les coûts payés par la Ville de Montréal ont diminué, tandis que les rentes informationnelles des entrepreneurs n'ont pas augmenté. Ils concluent donc que la ville a bien géré l'argent du contribuable, a su exploiter les économies d'échelle et induire des innovations tout en préservant la concurrence.

Le prix Harry Johnson
L'Association canadienne d'économique décerne le prix  Harry Johnson à ou aux auteurs de l'article jugé le meilleur et publié dans la Revue canadienne d'économique au cours de l'année précédente. Le prix a été nommé en l'honneur d'un brillant économiste canadien, Harry G. Johnson, décédé en 1977 à l'âge de 57 ans.

Le professeur Nicolas Marceau, également du Département des sciences économiques, a déjà remporté ce prix en 2002.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE