De nouveaux locaux pour l'accueil et le soutien aux étudiants en situation de handicap

19 Octobre 2009 à 0H00

Le Service d'intégration des étudiants handicapés, rattaché aux Services à la vie étudiante (SVE), porte désormais le nom d'«Accueil et soutien aux étudiants en situation de handicap» et ses activités ont été relocalisées au local J-M870, situé dans le pavillon Judith-Jasmin (ancien Salon G). La nouvelle appellation est basée sur la terminologie utilisée dans la politique «À part entière : pour un véritable exercice du droit à l'égalité», de l'Office des personnes handicapées du Québec.

«En 2009, nous ne parlons plus d'intégration des personnes handicapées, précise Sylvain Le May, conseiller aux Services à la vie étudiante. Nous travaillons plutôt sur la situation qui fait obstacle à la personne handicapée et sur les défis à relever par les clientèles en situation de handicap. Le meilleur exemple : si vous allez chez un étudiant avec une déficience visuelle pour lui faire à manger, dans la noirceur totale, c'est vous qui allez être en situation de handicap!»

L'autre raison qui explique le changement d'appellation est l'augmentation des clientèles dites émergentes (aux prises avec des troubles de déficit de l'attention, troubles d'apprentissage, troubles graves de santé mentale et troubles envahissants du développement). Ces étudiants ne se définissent pas comme des personnes handicapées, contrairement aux clientèles traditionnelles (souffrant de déficience visuelle, auditive, motrice ou organique). «En mettant l'accent sur la situation, on adopte une meilleure terminologie», souligne M. Le May.

Pionnière en matière d'accueil et de soutien, l'UQAM est l'établissement universitaire francophone québécois où il y a le plus d'étudiants en situation de handicap. «Nous sommes passés de 25 étudiants en 1985 à près de 500 cette année, en incluant ceux de la Téluq, précise M. Le May. Nous ne pouvions plus assurer un déploiement et une qualité de services dans nos anciens locaux.»

La relocalisation, effectuée en partenariat avec le Service des immeubles et de l'équipement, a permis de se conformer aux normes d'accessibilité universelle : une porte coulissante automatique a été installée à l'entrée et les bureaux de M. Le May et de ses collègues leur permettent désormais d'accueillir les étudiants qui se déplacent en triporteur ou en fauteuil roulant surdimensionné. «Nous avons aussi des gradateurs de lumière plutôt que d'avoir à subir les néons, et le braille est utilisé sur les indications et les affiches situées dans le local. Toutes ces améliorations découlent des recommandations du Comité institutionnel des étudiants handicapés», précise-t-il.

Des améliorations ont également été apportées à l'aire d'accueil de la division des services-conseils des SVE, au pavillon DS, notamment une porte automatique et des comptoirs plus bas, afin de mieux accueillir la clientèle en fauteuil roulant.

Enfin, le Laboratoire des technologies adaptées a été installé dans les anciens locaux du service, près de l'entrée de la Bibliothèque centrale, au niveau métro. Celui-ci offre à la clientèle en situation de handicap des services particuliers que les laboratoires facultaires conventionnels ne sont pas en mesure de leur offrir, comme un clavier en braille, un logiciel de gros caractères, de synthèse vocale, etc. Les postes de travail y sont adaptés et il y a également une aire de repos.

PARTAGER