L'UQAM sous les étoiles

23 Février 2009 à 0H00

Du 28 février au 1er mars, dans le cadre de la Nuit blanche, des étudiants, diplômés et chercheurs de l'UQAM présenteront onze événements artistiques et culturels dont plusieurs sont réalisés dans le cadre de cours universitaires. L'initiative revient surtout au DESS en design d'événements qui en présente cinq et qui a mobilisé la Faculté des arts, l'École de design, les Services à la vie étudiante et le Bureau de recrutement pour créer un événement soulignant l'aspect interdisciplinaire de l'UQAM, explique Maxim Bonin, agent d'information au Service des communications et inscrit depuis septembre au DESS en design d'événements. «La Nuit blanche est une des plus belles vitrines dont nous disposons pour mettre en valeur nos centres de diffusion et le potentiel créatif des étudiants et des diplômés», poursuit-il.

Comme les années passées, la Galerie et le Centre de design ouvrent leurs portes de la tombée de la nuit jusqu'au crépuscule. À souligner, Intrigues, une danse performance de l'artiste Manon de Pauw à la Galerie de l'UQAM.

Pour la première fois, le campus de l'Ouest de l'UQAM participe à la Nuit blanche. CHOQ.FM présente, en effet, un spectacle de musique au Cœur des sciences avec au menu, musique latine et hip hop avec des artistes de la relève.

Les étudiants et diplômés du DESS en design d'événements ont réalisé pour leur part cinq projets. Deux sont sur le campus, Et tombe la nuit, visible depuis l'extérieur de la cage d'escalier du pavillon de Design est le reflet du fourmillement créatif de l'École de design et L'effet d'une nuit, un théâtre d'ombres projetées sur la façade du pavillon Hubert-Aquin, rue St-Denis. Dormir debout! est un événement ayant une portée sociale. Contre 20$, les festivaliers pourront se procurer un «chaporeiller», un chapeau cousu à un oreiller. L'argent amassé et les «chaporeillers» retournés seront redistribués à des organismes travaillant avec des itinérants. Flexigloo est une sorte d'igloo flexible qui sera transporté près des files d'attentes avec ses légendes nordiques et autres surprises. Finalement, Cinéparc, projet phare de la Nuit blanche, une création de Maxim Bonin et de Stéphanie Leduc, finissante au DESS en design d'événements.

Un cinéparc au centre-ville en hiver!

Maxim et Stéphanie ont travaillé ensemble l'an dernier à la Nuit blanche au projet Nuit de travail. «Cette expérience m'a fait prendre conscience de ce que je voulais faire dans la vie. C'est ce qui m'a donné le goût de retourner à l'école et de m'inscrire au DESS en design d'événements», explique Maxim Bonin.

L'élément déclencheur de Cinéparc a été une photo prise par Stéphanie. «Le cinéparc est un lieu très fort, chargé de souvenirs pour beaucoup de gens», dit Stéphanie Leduc. Après, tout a été très vite. Il fallait amener un cinéparc en plein cœur de la ville, l'hiver, avec un écran, des voitures et un restaurant.

La Place des Arts a décidé de réaliser leur projet sur l'Esplanade devant la Salle Wilfrid-Pelletier et est devenue coproductrice du projet, l'appuyant financièrement et logistiquement. Les deux concepteurs ont mis sur pied le collectif In the city, peu de temps après, et c'est sous cette étiquette qu'ils présentent maintenant ce produit.

Cinéparc est une performance multidisciplinaire alliant théâtre et cinéma qui montre trois phases dans la relation d'un couple. «L'écran fait défiler leur vie, et fait réaliser aux personnages qu'il y a une prise de conscience importante à faire», raconte Maxim Bonin.

Maxim Bonin a écrit le scénario avec Sandra Coppola, diplômée de l'UQAM en cinéma qui réalise des courts-métrages de Cinéparc. Les images sont de Félix Tétreault, diplômé de l'UQAM en cinéma, tout comme Émilie Hébert, à la réalisation artistique. Stéphanie Leduc signe la mise en espace et Maxim Bonin, la production. Cinéparc met en vedette six étudiants de l'École supérieure de théâtre. Quatre étudiants en danse feront des interventions de courte durée pendant le spectacle qui durera environ une vingtaine de minutes, entre 23h et 4h du matin.

On peut visionner la bande-annonce de Cinéparc.

PARTAGER