Premier film produit par la Chaire René-Malo de l'École des médias

12 Mars 2009 à 14H47

Roger Racine csc, directeur de la photographie

Le premier film produit par la Chaire René-Malo en cinéma et en stratégies de production culturelle de l'École des médias, Roger Racine csc, directeur de la photographie de Michel Caron, sera présenté le 28 mars à 13 h 30 à la salle Claude ­Jutra de la Cinémathèque québécoise. L'œuvre a été réalisée avec la collaboration des  étudiants du programme de cinéma. En plus de la réalisation, Michel Caron, professeur à l'École des médias, assure la direction de la photographie et partage la caméra avec François Laplante-Delagrave, diplômé en communication.

Ce film documentaire, qui retrace les moments particulièrement brillants de la longue carrière de Roger Racine, constitue le premier volet d'une série liée à une recherche sur la contribution du directeur de la photographie à l'œuvre cinématographique, menée présentement par le professeur Caron. Le projet a pu se réaliser grâce à la généreuse contribution de Vision Globale et de l'ONF.

«Roger Racine csc, directeur de la photographie fait partie d'une série de documents qui rendent compte de la réflexion des cinéastes sur leur propre travail, explique le professeur Paul Tana, titulaire de la Chaire René-Malo et coproducteur du film. Nous croyons que c'est de cette réflexion que surgissent très souvent les idées qui peuvent véritablement inspirer les intuitions les plus fécondes pour faire progresser le cinéma vers des nouvelles formes capables d'exprimer la réalité du monde dans lequel nous vivons.»

Table ronde
La projection sera suivie d'une table ronde sur la place du directeur de la photographie au cinéma, en compagnie de Roger Racine, Jean-Claude Labrecque, cinéaste, et Jérome Sabourin, directeur de la photographie. Elle sera  animée par Pierre Véronneau, directeur des collections de la Cinémathèque québécoise.

Roger Racine
Roger Racine est engagé à l'Office national du film en 1943. Rapidement, il devient caméraman et, de 1943 à 1949, il y tourne une trentaine de films, travaillant avec la plupart des réalisateurs. En 1949, il quitte l'ONF pour la production privée. En trois ans, il tourne sept longs métrages, dont La petite Aurore l'enfant martyre, Le rossignol et les cloches, Lumières de ma ville. À 25 ans, il devient le premier directeur de la photographie canadien-français et se distingue par la qualité de son travail.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE