Un artiste au Centre jeunesse

23 Mars 2009 à 0H00

Chaque année, plus de 1 000 jeunes passent quelques jours, quelques semaines ou quelques mois au Campus jeunesse des Centres jeunesse de Lanaudière, à Joliette. Pour ces jeunes retirés de leur famille ou entre deux foyers d'accueil, le Campus est un lieu de transition. C'est d'ailleurs ce thème du passage qui a inspiré l'artiste Thomas Corriveau, signataire d'une œuvre en 27 tableaux qui égaie les murs de béton d'une salle polyvalente située dans la nouvelle section du bâtiment.

«Le personnage qui passe à travers les images se dirige toujours vers une fenêtre, mentionne le professeur de l'École des arts visuels et médiatiques. C'est une façon de marquer qu'il existe une ouverture vers l'avenir pour ces jeunes qui traversent une période difficile.»

Savamment disposées sur les murs orangés et vert sauge de la salle de réunion, les petites toiles à l'acrylique qui composent Le passant évoquent fortement le style de la bande dessinée. «Il m'importait de faire quelque chose qui interpelle les jeunes», explique l'artiste, qui n'en est pas à ses premiers emprunts à l'iconographie bédéiste. «Mes œuvres sont souvent conçues à partir d'images piratées. J'ai une pratique qui vient de la peinture, mais qui navigue à travers différents médias, que ce soit la photo ou, aujourd'hui, le film d'animation.»

Présentement en année sabbatique, Thomas Corriveau vient de mettre sur pied un Laboratoire de recherche-création en dessin et image en mouvement, le GrupMuv, avec des professeurs et des étudiants de l'École des arts visuels et médiatiques. L'automne dernier, il présentait à la galerie Graff une exposition intitulée Autofictions : une série d'images «volées» à des tableaux ou des photos célèbres, puis retravaillées à l'ordinateur.

Le passant est la onzième œuvre réalisée par l'artiste dans le cadre de l'application de la Politique d'intégration des arts à l'architecture du Gouvernement du Québec. Elle a été inaugurée le 16 mars dernier.

CATÉGORIES
PARTAGER