Lancement d'Études sans frontières à l'UQAM

25 Mars 2010 à 18H48

ESF_2387Fondé par deux cadres du Service des communications de l'UQAM, Angèle Dufresne et Francine Jacques, l'organisme sans but lucratif Études sans frontières (ESF), section Québec, présentait, le 24 mars dernier, la première boursière qu'il accueille grâce aux dons effectués au «Fonds ESF-Qc», géré par la Fondation de l'UQAM. Le lancement a été effectué en présence de la doyenne de la Faculté des sciences humaines, Anne Rochette, de la directrice générale de la Fondation de l'UQAM, Diane Veilleux, et d'une trentaine d'invités, donateurs et sympathisants.

L'originalité du mouvement Études sans frontières est qu'il donne la chance à des jeunes ayant connu la guerre ou des désordres politiques ou environnementaux très graves dans leur pays d'origine de compléter leurs études dans des conditions optimales. Une fois leurs études terminées, ils s'engagent à retourner dans leur pays pour aider à sa reconstruction. Les boursiers d'ESF sont tous sélectionnés sur la qualité de leur «projet de retour» qui doit être élaboré avant même qu'ils ne quittent leur pays. Leur dossier académique, leur maîtrise du français et leur capacité à s'adapter à la vie occidentale sont aussi pris en compte.

La première boursière d'ESF section Québec est Marie Michèle Uyisenga, native du Rwanda. Doctorante en psychologie clinique, elle a commencé ses études à l'UQAM l'hiver dernier. Son projet de retour, une fois ses études complétées, sera d'aider ses compatriotes qui ont connu le génocide, et leurs enfants, à vaincre les traumatismes associés à cet horrible massacre. Les pays africains ont aussi à vivre avec les conséquences désastreuses du sida qui ravage les familles, laisse des orphelins et disloque le tissu social et économique.

ESF section Québec aide également deux jeunes congolais à terminer leurs études en République Démocratique du Congo (RDC). Il s'agit de Judith Bubobubo Mwami qui étudie en science politique et administrative à l'Université de Kindu dans l'Est de la RDC et souhaite lutter pour les droits des femmes au Congo; et de Jean-Pierre Mukubi Wangozi qui termine des études en développement rural, afin de combattre la pauvreté et le sous-développement du monde rural congolais par des méthodes modernes d'agriculture. Le «projet Congo» est mené en collaboration avec l'antenne allemande d'ESF.

Fondé par des étudiants français à Paris, en 2003, ESF est un mouvement international implanté dans cinq pays européens - l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la France et l'Italie. Le Québec est la seule antenne opérationnelle hors de l'Europe.

Comme le faisait remarquer la présidente d'ESF-Qc, Angèle Dufresne (M.A. science politique, 98), «de tous les schémas de développement connus et expérimentés depuis 60 ans à travers la planète, le seul qui rapporte des dividendes élevés et à perpétuité, c'est l'éducation. Non seulement on ne désapprend pas ce qu'on a appris, mais on le lègue à ses enfants. C'est ça le développement durable!»

Pour faire un don : www.fondation.uqam.ca «Fonds Études sans frontières (Qc)».

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE