Design de haute performance

Sous le thème de l'innovation et du sport, l'exposition High Performance réunit les créations des designers canadiens.

21 Mars 2011 à 0H00

En entrant dans la pièce, le rouge vif du kayak suspendu au plafond attire l'attention. Puis, les yeux se tournent vers le hamac jaune flottant dans les airs à quelques pas d'une rangée de cannes à pêche fièrement dressées. Il y a aussi des vélos, des bâtons de baseball et des planches à roulettes. Serait-ce le rayon d'un nouveau magasin d'activités de plein air? Pas tout à fait. Ces objets sont bel et bien des articles de sport disponibles dans le commerce, mais ils sont surtout le fruit du travail de designers canadiens qui ont su se démarquer. Réunis dans l'exposition intitulée High Performance | Sport, design et innovation au Canada, ils sont visibles jusqu'au 17 avril au Centre de design de l'UQAM.

«La plupart de ces objets sont destinés aux loisirs et ne concernent pas la performance dans le sport. Malgré cela, c'est de la haute technologie très spécialisée», note Angela Grauerholz, directrice du Centre de design. Que ce soit dans les matériaux utilisés, la technique d'assemblage ou dans la conception, les objets présentés sont innovants. Ainsi, Doug Simpson a imaginé un kayak démontable. L'embarcation a une armature en aluminium et une peau en uréthane. Une fois démonté, le kayak tient dans un sac!

Présentée à Vancouver durant les Jeux olympiques, cette exposition produite par la Charles H. Scott Gallery de la Emily Carr University of Art + Design regroupait 14 designers et compagnies. Dans cette sélection, deux objets étaient québécois: les raquettes GV Snowshoes de Maurice et Stephen Vincent et le populaire vélo Bixi de Michel Dallaire. «D'autres méritaient d'être présentés, explique Angela Grauerholz. Nous avons donc ajouté quatre objets à l'exposition d'origine.»

Parmi les représentants de l'innovation québécoise, le modèle E-114 de la prestigieuse marque de vélos Argon18, fondée par le cycliste Gervais Rioux. Le cadre et la fourche de cette monture en fibre de carbone ont été conçus par Michel Morelli. Utilisé par plusieurs triathlètes de haut niveau, le E-114 a été récompensé par le Eurobike Award en 2008.

Autre marque exposée : Pelican. Cette entreprise de conception et de fabrication d'embarcations de plaisance constituées de matière plastique s'est démarquée par sa maîtrise du thermoformage et la création de nouveaux matériaux très résistants. Deux de ses créations sont visibles : le kayak Elie Strait 120 et le bateau de pêche Bass Raider 10E imaginé par Koen De Winter, professeur à l'École de design. Le Centre de design a aussi voulu donner une place aux skis Raccoon. Conçus par Sébastien Moquin et Jonathan Bourgeois, ces skis sont entièrement fabriqués au Québec avec du bois local.

Pour la directrice du centre, l'intérêt de cette exposition est aussi de montrer aux étudiants que des projets d'études peuvent aboutir sur le marché. «Même si cela reste rare, cela montre qu'on peut produire et vendre un objet. C'est motivant», assure Angela Grauerholz en donnant l'exemple d'Andrew Bryden et de son sac à dos Amphib. Cet ancien étudiant de l'Emily Carr University a conçu ce sac à dos entièrement étanche dans le cadre de son projet de thèse portant sur les contenants. Depuis 2004, Amphib est fabriqué et commercialisé par l'entreprise suédoise Boblbee. Mais comme le souligne la directrice, c'est avant tout l'innovation qui sera déterminante. «Pour que cela marche, il faut proposer quelque chose de nouveau.»

CATÉGORIES
PARTAGER