Entre deux essais, trois coups d'aviron!

La quasi-totalité des 38 collèges ont leur propre club d'aviron et une boathouse sur la rivière Isis.

29 Novembre 2011 à 0H00

Léticia Villeneuve fait ses études de 2e cycle à la célèbre université d'Oxford, en Angleterre. Elle est diplômée du baccalauréat en relations internationales et droit international de l’UQAM et boursière de la Fondation Rhodes.

La fin de session approche à grand pas, des deux côtés de l’Atlantique! Contrairement à la coutume uqamienne, à Oxford, la fin d’un termne rime pas avec remise de travaux et examens en rafale. Chacune des semaines de la session est assez semblable. Dans mon programme, je participe à deux séminaires hebdomadaires en relations internationales, en plus de suivre quelques cours et ateliers de méthodes quantitatives et de philosophie des sciences sociales. À cela s’ajoute la possibilité d’assister à divers cours magistraux donnés à l’attention des étudiants du baccalauréat (mais ouverts à tous les membres de la communauté universitaire) et à de nombreux colloques et conférences.

Photo

Une particularité d’Oxford tient au suivi rapproché de la part des enseignants. Chaque étudiant est jumelé à un superviseur, qu’il rencontre à plusieurs reprises durant la session. Avec des présentations hebdomadaires à préparer pour les séminaires et des essais à rédiger pratiquement à chaque semaine sur des sujets variés, la charge de travail est donc assez importante durant toute la session et les dates de remise, extrêmement rapprochées. D’où l’impression qu’un term est une constante fin de session! Et les examens? Ils viendront, mais seulement à la fin de la première année de cours, comme épreuve de qualification pour la  poursuite du programme, puis à la toute fin des deux années d’études. De quoi travailler sa mémoire à long terme!

En dehors du temps passé le nez dans les bouquins en vue de la rédaction de mon prochain essai, je dois dire que mon expérience oxfordienne est fortement marquée par ma découverte de l’année : l’aviron. C’est très certainement le sport officiel de l’endroit. La quasi-totalité des 38 collèges ont leur propre club et une boathouse sur la rivière Isis. La session d’automne est dédiée à la formation de plusieurs équipes de débutants dans chacun des collèges, ce qui en fait une activité extrêmement accessible (tous sont acceptés, à condition de pouvoir nager sur une distance équivalente à la largeur de la rivière!). L’aviron est un sport fantastique qui permet non seulement de fraterniser avec des étudiants d’autres programmes et niveaux d’études au sein du collège et d’améliorer sa condition physique, mais aussi de passer de bons moments à l’extérieur dans un décor charmant. Vrai, cela implique parfois de se rendre à la boathouse en pleine noirceur très tôt le matin, mais le lever de soleil sur l’eau est tout simplement magnifique et on a l’occasion d’assister à de drôles de situations, comme des bouchons de circulation matinaux dans les portions étroites de la rivière!

Les coachs étant des rameurs plus expérimentés défendant les couleurs du collège, ils insufflent un certain esprit de compétition (bien qu’amical), qui peut rapidement faire grimper le nombre de séances d’entraînement de l’équipe. Mon équipe, loin d’être la plus zélée, s’entraîne quatre fois par semaine en vue des deux derniers week-ends de la session, dédiés aux plus importantes régates d’aviron de l’année, version «débutants». Je vous tiendrai au courant des résultats de mon équipe, la Univ Women Novice B!

Alors, plus que quelques essais à écrire et quelques courses d’aviron (victorieuses, espérons-le), puis ce sera déjà la fin de la session. Je vais en profiter pour relaxer un peu, passer du temps en famille, lire et reprendre des forces en vue du prochain blitz de huit semaines, le Hillary term, qui commencera le 16 janvier. Bonne fin de session à tous, joyeuses fêtes et à bientôt!

PARTAGER