Le professeur Charles-Philippe David est honoré par le Collège militaire royal du Canada

23 Novembre 2011 à 14H24

Charles-Philippe David. <br>Photo: Émilie TournevacheLe Collège militaire royal du Canada a décerné, le 17 novembre dernier, le titre de «Professeur invité McNaughton-Vanier» à Charles-Philippe David, professeur au Département de science politique et titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Cette distinction, qui porte le nom d’anciens généraux des Forces canadiennes, souligne l’apport du professeur en tant que chercheur dans le domaine des affaires de l’État. Il sera aussi professeur invité du Collège durant la prochaine année.

Détenteur d’un doctorat en science politique de l’Université Princeton, Charles-Philippe David est aussi co-président, avec Louis Balthazar, de l’Observatoire sur les États-Unis, et co-président, avec Yann Roche, de l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand. Spécialiste de la stratégie, de la défense, des conflits et des missions de paix, ainsi que de la politique extérieure américaine, le professeur a publié, seul ou en collaboration, une quinzaine d’ouvrages en français, dont La politique étrangère des États-Unis. Fondements, acteurs, formulation, 2e éd. (Presses de sciences po, 2008) et L’Erreur. L’Échec américain en Irak cinq ans plus tard (Septentrion, 2008). Il commente régulièrement l’actualité internationale dans les médias.

Membre élu de l’Académie des lettres et des sciences de la Société Royale du Canada en 2001, Charles-Philippe David a été récipiendaire de la bourse Fulbright à deux reprises, d’abord à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), en 1991-1992, puis à l’Université Duke, en 2002-2003, et chercheur invité à l’Institut du Canada au Woodrow Wilson International Center for Scholars à l’hiver 2003.

Charles-Philippe David est membre de l’International Institute for Strategic Studies, de l’International Studies Association et de l’International Political Science Association et de l’Association of Canadian Studies in the United States.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE