Le Coeur des sciences de l'UQAM participe à l'initiative non partisane Je vote pour la science

9 Août 2012 à 13H45

La science peut-elle devenir un sujet de débat dans une campagne électorale, au même titre que l’économie ou la culture? Oui, répond le Cœur des sciences de l'UQAM qui, à l’occasion de la campagne électorale québécoise, s'associe à l’initiative non partisane Je vote pour la science, en compagnie de quatre autres organismes québécois de culture scientifique. Ces organismes ont envoyé un questionnaire aux différents partis politiques pour qu’ils se prononcent sur quatre enjeux d’intérêt public : le vieillissement de la population, les ressources naturelles, l’expertise dans le secteur public et les priorités du gouvernement en matière de recherche et d’innovation. Les réponses des partis politiques seront rendues publiques avant la fin de la campagne.

Les autres organismes réunis sous la bannière Je vote pour la science sont l'Agence Science-Presse, l'Association des communicateurs scientifiques du Québec, l'Association francophone pour le savoir (Acfas) et Science pour tous. Il s'agit de la deuxième expérience du genre. En avril 2011, une série de neuf questions avait été envoyée aux principaux partis politiques fédéraux.

Je vote pour la science est née en 2008 d’une pétition lancée par l’Agence Science-Presse, qui en appelait à un débat sur la science entre des représentants des partis politiques. L'initiative Je vote pour la science a inspiré en France, le printemps dernier, Votons pour la science et s’inspire elle-même de Science Debate, qui a vu le jour aux États-Unis en 2008 et qui est reprise cette année dans le cadre de l'élection présidentielle.

Sur Facebook : http://www.facebook.com/JeVotePourLaScience/posts/10151132769801919

PARTAGER