Chambre noire à New York

Membre du duo d'artistes Ælab, Gisèle Trudel présente une installation sonore dans une galerie new-yorkaise.

10 Octobre 2013 à 10H25

Photo
Ælab, Dark Room (2011). Gracieuseté de Blackwood Galleries, Toronto. Photo: Toni Hafkenscheid

Le duo d'artistes technoscientifiques Ælab, formé de Gisèle Trudel, professeure à l'École des arts visuels et médiatiques et codirectrice d'HexagramCIAM, et de Stéphane Claude, artiste électroacoustique et ingénieur du son, présente, jusqu'au 9 novembre, Dark Room, une installation sonore tactile, à la Pratt Manhattan Gallery de New York.

Le projet s'inscrit dans le cadre de l'exposition collective SPLICE: At the Intersection of Art and Medicine, qui s'interroge sur les perceptions et les interprétations du corps humain au fil de l'histoire selon différents points de vue: scientifique, culturel, politique, etc.

Fondé en 1996, le duo Ælab est connu pour ses œuvres éclectiques et transdisciplinaires, à la frontière entre les arts et les sciences, de l'essai audiovisuel à l'installation in situ, en passant par les randonnées psychogéographiques et les enregistrements sonores à écouter dans le noir. Son travail a été présenté à de multiples occasions sur la scène internationale: au Festival Transmediale de Berlin, en Allemagne, à l'Institute for the Unstable Media/ V2 de Rotterdam, aux Pays-Bas, au Millenium Museum de Beijing, en Chine, et à la California Nanosystems Institute de Los Angeles, aux États-Unis.

Artiste professionnelle depuis 1985, Gisèle Trudel a travaillé également comme monteuse vidéo et designer Web et a reçu au fil de sa carrière de nombreuses subventions, notamment du Conseil des arts du Canada, de la fondation Daniel Langlois pour l'art, la science et la technologie et du Fonds québécois pour la recherche Société et Culture.

 

PARTAGER