Un appui précieux

La Fondation Marc Bourgie offre son soutien à la Chaire Raoul-Dandurand depuis plus de 10 ans.

9 Décembre 2013 à 12H02

Photo
Devant: les anciennes boursières Marilyne Choquette-Landry (2012) et Véronique Pronovost (2010), la directrice de la Fondation Marc Bourgie, Claude Bourgie-Bovet,  et les anciens boursiers Frédérick Gagnon (2003) et Julie Dufort (2009). Derrière: les anciens boursiers Pierre-André Gagnon (2011) et Julien Tourreille (2005), le boursier 2013 Vincent Boucher et Jean-Frédérick Légaré-Tremblay (2004). Les autres boursiers de la Fondation Marc Bourgie qui n'étaient pas de la cérémonie sont David Grondin (2002), Joël Plouffe (2006), Véronique Bourbeau (2007), Marc Desnoyers et Catherine Goulet-Cloutier (2008), Sarah Veilleux-Poulin (2010) et Raphaël Jacob (2011). Photo: Denis Bernier.

Un cocktail de reconnaissance a eu lieu le 4 décembre à l'UQAM afin de souligner l'appui, depuis plus de 10 ans, de la Fondation Marc Bourgie à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Cet événement se voulait aussi un moment privilégié pour souligner l'engagement auprès de la Chaire de la présidente de la Fondation Marc Bourgie, Claude Bourgie-Bovet, fille de Marc Bourgie, qui a quitté le conseil de direction de la Chaire au printemps dernier.

Chaque année, une bourse est octroyée par la Fondation Marc Bourgie à un étudiant de l'UQAM sous forme d'un stage à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. Quinze boursiers ont obtenu cette bourse à ce jour et huit d'entre eux étaient présents lors de la cérémonie. Cette année, le lauréat de la bourse est Vincent Boucher, étudiant à la maîtrise en science politique et coordonnateur de l'Observatoire sur les États-Unis.

Le stage consiste en effet à occuper la fonction de coordonnateur de l'Observatoire sur les États-Unis pendant une année. «Il s'agit d'aider le directeur à organiser différents événements – colloques, congrès, conférences, etc. Je me rappelle que cette bourse, que j'ai obtenue durant mes études de maîtrise, m'a permis d'apprendre d'autres facettes du métier de chercheur à la Chaire, notamment en donnant mes premières entrevues médiatiques, raconte Frédérick Gagnon, aujourd'hui directeur de l'Observatoire sur les États-Unis et professeur au Département de science politique. Cette bourse est importante, car elle donne le sentiment aux étudiants intéressés par les études américaines qu'ils peuvent obtenir un appui. Cela m'a motivé à poursuivre mes recherches au doctorat.»

PARTAGER