Dix ans à se creuser les méninges

L'UQAM a été la première université montréalaise, il y a 10 ans, à fonder un Institut des sciences cognitives.

18 Novembre 2013 à 16H13

Photo
L'ICS fête ses 10 ans les 21 et 22 novembre sous le thème: «Ça fait 10 ans qu'on s'creuse les méninges».

Fruit de croisements entre différentes disciplines – la psychologie, la philosophie, la linguistique, mais aussi l'informatique et la neuroscience –, «les sciences cognitives ont pour spécificité de regarder leur objet de recherche de différents points de vue, en partant de l'idée qu'aucune discipline prise séparément ne suffit à expliquer ce qu'est la cognition humaine», explique le directeur de l'Institut des sciences cognitives (ISC) de l'UQAM, le professeur du Département de philosophie Pierre Poirier. Créé en 2003, entre autres sous l'impulsion de Robert Proulx, alors doyen de la Faculté des sciences humaines, l'ISC célèbre ses 10 ans cette année. «L'Institut est né de la volonté de briser les frontières départementales et facultaires, et de favoriser l'interdisciplinarité», rappelle sa fondatrice et première directrice, Claire Lefebvre.

Si les sciences cognitives ont commencé à émerger en tant que champ de recherche dans les années 50, c'est le développement de l'intelligence artificielle et de l'informatique qui leur a donné un second souffle, note la professeure du Département de linguistique, qui, dans les années 70, a étudié à l'Université de Californie à Berkeley, au sein d'un laboratoire qui est devenu un des hauts lieux des sciences cognitives. Dans le monde francophone, il a fallu attendre jusque dans les années 2000 pour que les sciences de la cognition s'imposent véritablement. À Montréal, l'UQAM a d'ailleurs été la première université à fonder un institut qui leur est dédié.

«C'était une grosse machine à mettre en marche», rappelle Claire Lefebvre, entrée en poste en 2005. Les efforts ont toutefois porté fruit. Depuis son premier Institut d'été, tenu en 2003 sur le thème de la catégorisation, l'Institut s'est acquis une solide réputation. Les Instituts d'été de 2008, sur la cognition sociale, de 2010, sur l'origine du langage, et de 2012, sur l'évolution et la fonction de la conscience, ont attiré des chercheurs de renommée internationale et de nombreux étudiants.  Le prochain Institut d'été, qui sera dirigé par Stevan Harnad, professeur au Département de psychologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences cognitives, portera sur les communautés d'esprits et aura pour titre «Web sciences and connected minds».

L'Institut, qui compte 70 chercheurs, principalement à l'UQAM, offre des concentrations en sciences cognitives aux deuxième et troisième cycles et a créé un cours d'introduction destiné aux étudiants du premier cycle.  Il joue également un rôle important dans la promotion de la recherche, orientée autour de quatre pôles: Langue, langage et parole; Perception et action; Traitement des connaissances et Apprentissage. Très actif, l'Institut organise une grande conférence tous les mois sur différents thèmes et reçoit fréquemment des sommités dans leur domaine.

L'ISC célébrera ses 10 ans lors de deux journées de rencontres et d'échanges les 21 et 22 novembre sous le thème «Ça fait 10 ans qu'on s'creuse les méninges». L'événement, qui se veut à la fois scientifique et festif, débutera par la projection d'un film, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, portant sur une expérience d'effacement de la mémoire, suivi d'une discussion, le jeudi soir 21. Le lendemain, des visites de laboratoires sont prévues ainsi que le lancement d'un ouvrage édité par Claire Lefebvre, New Perspectives on the Origins of Language, issu de l'Institut d'été consacrée à ce thème en 2010. Quelques acteurs clés de l'Institut, dont Robert Proulx, Claire Lefebvre, Pierre Poirier et Stevan Harnad, raconteront son histoire. Les participants auront aussi droit à une rétrospective des 10 dernières années en sciences cognitives présentée par le vulgarisateur scientifique Bruno Dubuc. La journée se terminera sur une note ludique avec des jeux questionnaires sur les sciences cognitives.

PARTAGER