Des hommages bien mérités

L'UQAM inaugure deux salles à la mémoire de Pierre Bourgault et de Jean‑Claude Lauzon.

8 Octobre 2014 à 10H04

Pierre Bérubé, vice-doyen aux études de la Faculté de communication, René Côté, vice-recteur à la Vie académique, Claude Fournier, Guy A. Lepage et Pierre Mongeau, doyen de la Faculté de communication.Photo: Denis Bernier

L'UQAM et sa Faculté de communication ont rendu hommage le 7 octobre dernier à Pierre Bourgault et à Jean-Claude Lauzon en désignant officiellement deux salles à leur mémoire. Ces deux grandes personnalités, l'une issue du domaine des communications publiques, et l'autre du cinéma, ont grandement marqué la Faculté de communication, l'UQAM et le Québec par l'ensemble de leur œuvre. Pierre Bourgault a enseigné en communication à l'UQAM de 1976 à 2000 et Jean-Claude Lauzon y a obtenu son diplôme de baccalauréat en communication en 1980. Les salles Pierre-Bourgault et Jean‑Claude-Lauzon, situées dans le pavillon Judith-Jasmin Annexe (JE) au 1564 rue Saint-Denis, seront des lieux de formation de la relève en communication sociale et publique et en cinéma.

La cérémonie de désignation s'est déroulée en présence du doyen de la Faculté de communication, Pierre Mongeau, du vice-recteur à la Vie académique, René Côté, ainsi que de l'animateur et producteur Guy A. Lepage (B.A. communication, 83) et du réalisateur Claude Fournier qui ont respectivement présenté les hommages à Pierre Bourgault et à Jean-Claude Lauzon.

«En nommant ces salles, nous mettons en valeur deux individus dont l'œuvre témoigne d'un esprit audacieux et avant-gardiste, a souligné le doyen Pierre Mongeau. Nous souhaitons que ce devoir de mémoire ait un effet stimulant sur ceux et celles qui se réalisent au sein de la Faculté en leur inspirant une quête de qualité et d'originalité.»

Pierre Bourgault

«La plus grande source de fierté de Pierre a été d'être professeur», a raconté Guy A. Lepage lors de l'hommage rendu à Pierre Bourgault.Photo: Denis Bernier

Reconnu comme l'un des meilleurs orateurs du Québec, Pierre Bourgault a enseigné à la Faculté de communication d'abord comme chargé de cours, puis comme professeur. Décédé en 2003, il a marqué et inspiré de nombreuses générations d'étudiants en communication et agi comme mentor auprès de plusieurs personnalités du domaine médiatique québécois. Il a mis son talent de tribun au service d'une cause, l'indépendance du Québec, en laquelle il croyait passionnément et dont il est devenu une figure emblématique. Si elle avait existé à l'époque, la salle qui porte aujourd'hui son nom aurait été l'endroit idéal pour son enseignement. Il s'agit de la première salle à vocation événementielle de la Faculté de communication, qui pourra y accueillir diverses activités telles que des conférences de presse, des colloques, des assemblées et des lancements. «La plus grande source de fierté de Pierre a été d'être professeur. Il me l'a dit souvent, a raconté Guy A. Lepage, l'un de ses anciens étudiants. Son travail de professeur l’exaltait. Il n'y a pas de rue Pierre-Bourgault, il n'y a pas de pont Pierre-Bourgault, il n'y a pas d'édifice Pierre-Bourgault. Mais aujourd'hui il y a une salle Pierre-Bourgault, à l'intérieur de son université préférée. Je suis sûr qu'il est très fier présentement et que s’il était parmi nous, il dirait: "Il était temps!"»

Jean‑Claude Lauzon

«Jean-Claude est un peu notre Miron du cinéma», a souligné Claude Fournier lors de l'hommage rendu à Jean-Claude Lauzon.Photo: Denis Bernier

Jean-Claude Lauzon était considéré comme l'un des réalisateurs les plus prometteurs de sa génération. On lui doit, entre autres, les longs métrages Un zoo la nuit (1987) et Léolo (1992). Décédé accidentellement en 1997 à l'âge de 43 ans, sa carrière a été marquée par de nombreuses reconnaissances, dont le grand prix Norman McLaren au Festival étudiant canadien pour son premier court métrage Super maire, réalisé pendant ses études, ainsi que 13 prix Génie pour Un zoo la nuit, dont celui de meilleur réalisateur. On doit aussi à Jean-Claude Lauzon la conception et la réalisation de plusieurs campagnes publicitaires primées, notamment sur la violence conjugale et une autre sur la langue française, avec Pierre Bourgault et Fernand Seguin. Pierre Bourgault fut le professeur de Jean-Claude Lauzon et les deux hommes ont développé une solide amitié, ainsi que plusieurs projets et collaborations. L'UQAM souhaite rendre hommage au cinéaste en nommant une salle de projection à son nom, soit la salle de cinéma anciennement occupée par l'ONF. «Jean-Claude est un peu notre Miron du cinéma, a souligné Claude Fournier. On lui doit deux films immenses, dont l'un, Léolo, si autobiographique que chaque visionnement nous arrache le cœur et nous fait maudire le destin qui nous a privé si tôt d'un bum talentueux, qui serait sûrement devenu notre cinéaste national.»

Création des bourses Pierre-Bourgault et Jean-Claude-Lauzon

La Faculté de communication a profité de l'occasion pour annoncer la création de la bourse Pierre-Bourgault en communication publique et celle de la bourse Jean-Claude-Lauzon en production médiatique visuelle. Toutes deux d'une valeur de 1 000 $, ces bourses seront remises annuellement à un étudiant de la Faculté sur la base de ses réalisations publiques ou médiatiques et de son dossier académique. La première vise à encourager les étudiants à intervenir dans l'espace public, et la seconde à innover en production médiatique visuelle. Il est possible de contribuer à la pérennité de ces bourses en faisant un don à la Fondation de l'UQAM.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE