Revisiter l'héritage de la photo

L'artiste et chargée de cours Josée Pellerin expose à la galerie Visual Voice.

3 Mars 2014 à 15H22

Photo
 Josée Pellerin, Atelier MCP, impression numérique sur papier, 2013.

La galerie montréalaise d'art contemporain Visual Voice présente, du 7 mars au 12 avril, Chutes ou en forêt se perdre, une exposition de Josée Pellerin, chargée de cours à l'École des arts visuels et médiatiques.

L'exposition propose un corpus d'images qui cherche à revoir les conventions de production du médium photographique. La photographie à l'ère du tout numérique, où l'image lisse et parfaite constitue la norme, amène l'artiste à explorer d'autres processus de fabrication par des approches plasticiennes et un croisement de procédés qui participent du bricolage. Des altérations a priori ou a posteriori du tirage photo s'articulent à des prises de vue de divers ateliers d'artistes. Ceux-ci deviennent des lieux d'expériences qui regroupent à la fois le savoir-faire et la réflexion intellectuelle, des espaces envahis par des chutes abandonnées, en attente d'une métamorphose.

Titulaire d'une maîtrise en arts visuels et d'une formation en multimédia, Josée Pellerin développe une pratique alliant l'image dessinée, peinte, photographique et la textualité. Depuis la fin des années 80, ses œuvres ont été présentées lors d'événements au Québec, au Canada, aux États-Unis, en France et au Mexique. Elle a publié jusqu'à maintenant trois livres d'artiste: Sauf un paysage dans la tête (2013), Être là (2010) et Heureusement qu'il y avait le monde autour de moi (2006).

 

 

PARTAGER