Médaille de l'UQAM

Suzanne Véronneau-Troutman est honorée pour sa brillante carrière en médecine et son engagement philanthropique exemplaire.

25 Septembre 2014 à 9H46

Monique Brodeur, doyenne de la Faculté des sciences de l'éducation, la Dre Suzanne Véronneau-Troutman, le recteur Robert Proulx, et Diane Veilleux, directrice générale de la Fondation de l'UQAM.Photo: Denis Bernier

L'Université a rendu hommage le 24 septembre à Suzanne Véronneau-Troutman, ophtalmologiste, professeure retraitée, philanthrope et grande humaniste, en lui attribuant la Médaille de l'UQAM, par décision de son Conseil d'administration et sur la recommandation de la Faculté des sciences de l'éducation et de la Fondation de l'UQAM.

Le recteur Robert Proulx a tenu à rappeler le parcours remarquable de la Dre Suzanne Véronneau-Troutman à titre de chercheuse, de praticienne et de formatrice. Il a également souligné son engagement philanthropique et social exemplaire. La remise officielle a eu lieu en présence d'une quarantaine d'invités réunis au Centre Pierre-Péladeau. «Je suis honorée de recevoir cette distinction, a déclaré Suzanne Véronneau-Troutman, qui était particulièrement fière de la présence parmi les invités de quelques-unes des lauréates de la bourse Denise-Véronneau.

Un parcours exceptionnel

Diplômée de l'Université de Montréal en 1957, Suzanne Véronneau-Troutman fut l’une des premières femmes à pratiquer la médecine en tant que spécialiste en ophtalmologie, ainsi que la première résidente en ophtalmologie au sein de l’équipe du Dr Michel Mathieu, à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

«Spécialiste des troubles de la motilité oculaire, elle a dirigé pendant plus de 30 ans des cliniques du strabisme, d’abord à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, puis, à compter de 1969, dans de nombreux hôpitaux américains, en plus de pratiquer sa profession en cabinet privé. Elle s‘est aussi consacrée à l’enseignement de sa spécialité à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, au Cornell University Medical College et au State University of New York Downstate Medical Center», a souligné Diane Veilleux, directrice générale de la Fondation de l'UQAM, qui a prononcé l'éloge de la récipiendaire.

Suzanne Véronneau-Troutman a exercé la médecine en France avec René et Suzanne Hugonnier, à l’hôpital Édouard Herriot de Lyon, et a traduit en anglais leur ouvrage sur le strabisme. Elle a obtenu un diplôme d’ophtalmologie du Royal College of Physicians and Surgeons, en Angleterre, et a aussi pratiqué la médecine au Ghandi Eye Hospital en Inde, à Aligarh, une région du monde qui lui est restée chère.

Tout au long de sa vie, elle s’est investie pour améliorer la place faite aux femmes au sein de la profession médicale. Elle fut d'ailleurs la huitième femme élue membre de l’American Ophtalmological Society, fondée en 1864.

Appui à L'UQAM

«En plus de cette vie professionnelle bien remplie, la Dre Suzanne Véronneau-Troutman a consacré du temps et des ressources financières à la formation de la relève», a souligné Diane Veilleux. C’est pour préserver l’héritage de sa sœur, la professeure Denise Véronneau, décédée en 1997, une pionnière de l’UQAM dans le développement des programmes d’études en éducation, que Suzanne Véronneau-Troutman a décidé d’appuyer l’Université. Ainsi, en 1999, un fonds de bourses capitalisé fut créé à la Fondation de l’UQAM. Il consiste en la remise annuelle de deux bourses de 5 000 dollars et d’un prix d’excellence de 10 000 dollars à des étudiantes et étudiants de cycles supérieurs de la Faculté des sciences de l’éducation. Ce geste généreux, auquel s’est ajouté un autre don, a permis à une cinquantaine d’étudiants de recevoir à ce jour des bourses et des prix. Grâce à ses dons, la Dre Suzanne Véronneau-Troutman fait désormais partie du Cercle des Philanthropes de la Fondation de l’UQAM.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE