Enseigner la musique au XXIe siècle

Un colloque se penche sur l'apport des sciences et des technologies dans l'apprentissage de la musique.

2 Novembre 2015 à 9H05

Photo: iStock

Le Département de musique de l'UQAM et l'École de musique Schulich de l'Université McGill organisent, du 5 au 7 novembre prochains, un colloque intitulé «L'apprentissage et l'enseignement de la musique au XXIe siècle: l'apport des sciences et des technologies». «Cet événement a pour objectif  de dresser un état des lieux et de définir le rôle des technologies dans l'interprétation et la pratique musicale contemporaine», explique Isabelle Héroux, professeure au Département de musique et coordonnatrice de l'événement en collaboration avec sa collègue Isabelle Cossette de l'Université McGill.

L'enseignement de la musique est en plein bouleversement, affirme Isabelle Héroux. «Au Québec, nous avons hérité des religieux un modèle pédagogique de style conservatoire, qui fait appel au répertoire classique. Or, un fossé de plus en plus grand se creuse entre ce que les étudiants écoutent et jouent comme musique hors de l'université et ce qu'ils doivent maîtriser dans leurs cours. C'est à un point où plusieurs décrochent avant l'obtention de leur diplôme. Il faut s'adapter à la nouvelle réalité musicale et offrir aux étudiants une formation en phase avec leur époque.»

Les programmes ministériels ont évolué et incluent aujourd'hui la création, l'improvisation et la composition. «Il ne faut pas rejeter tout notre héritage pédagogique, croit la professeure. Mais il faut à tout le moins réfléchir aux défis à relever et amener l'enseignement de la musique au XXIe siècle.»

Isabelle HérouxPhoto: Émilie Tournevache

Ce colloque international bilingue (anglais-français) réunira des chercheurs dans des domaines tels que l'interprétation musicale, l'enseignement instrumental collectif et individuel, les sciences de la performance, la santé des musiciens ainsi que les technologies d'aide à l'apprentissage musical. Une soixantaine de conférences sont au programme, de même que des tables rondes, une présentation d'affiches et quelques moments musicaux.

Le colloque a pour objectif de stimuler des collaborations interdisciplinaires qui pourraient mener au développement de pédagogies fondées sur les résultats de recherche, poursuit la professeure. «Comme les participants proviennent d'une douzaine de pays, les différences culturelles et les différences de pratique seront au cœur de nos échanges, notamment lors des tables rondes», ajoute-t-elle.

Conférences principales

Trois conférenciers ont été invités spécialement pour l'événement. Aaron Williamon, directeur du Centre des sciences de la performance au Royal College of Music de Londres, présentera une conférence intitulée «Faire face à la musique: la science et la technologie au service de la formation professionnelle», au cours de laquelle il comparera les différences physiologiques et psychologiques rencontrées chez les musiciens dans deux types de situations, lors de répétitions et lors de prestations devant public, en examinant en particulier les réponses cardiovasculaires et neuroendocriniennes au stress.

Wendy Mackay, directrice de recherche à l'Institut national de recherche en informatique et en automatique, en France, présentera une conférence intitulée «Soutenir l’expression créative à travers un partenariat humain-ordinateur co-adaptatif». «Elle s'intéresse au développement de la créativité à l'aide de dispositifs numériques», souligne Isabelle Héroux.

Marc Leman, directeur de l'Institut en psychoacoustique et musique électronique du Département de musicologie de l'Université de Gand, en Belgique, donnera une conférence intitulée «L’apprentissage du jeu musical et son optimisation grâce aux avancées en cognition et technologie musicales». Il présentera un modèle d'architecture cognitive conçu afin d’optimiser l’apprentissage musical à l’aide de la technologie. Ce modèle est basé sur les développements les plus récents de la recherche sur les processus sensorimoteurs. En deuxième partie, il fera la démonstration d'une application concrète de ce modèle à l’aide d’une installation servant à l’apprentissage musical. Cette installation, nommée «the music paint machine» pourra être essayée par les participants après sa présentation.

Le colloque s'adresse autant aux professeurs, quel que soit leur niveau d'enseignement, qu'aux étudiants en musique et aux musiciens, amateurs ou professionnels. «Un numéro double des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique (SQRM) sera publié à partir d'une sélection d'articles issus de conférences présentées lors du colloque», précise Isabelle Héroux.

Organisé en partenariat avec la SQRM, le Centre interdisciplinaire de recherche en musique, médias et technologie (CIRMMT) et l’Équipe interdisciplinaire de recherche en pédagogie instrumentale (EIRPI) de l’Université Laval, le colloque se déroulera les 5 et 6 novembre à l'Université McGill et le 7 novembre à l'UQAM. «L'UQAM et McGill sont les deux universités montréalaises qui forment les futurs enseignants en musique», rappelle Isabelle Héroux. L'inscription est gratuite, mais obligatoire.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE