Québécostalgie

L'exposition de l'étudiante Élise Robichaud-Guilbault revisite le quotidien des années 1900.

16 Juillet 2015 à 10H11

Présentée jusqu'au 23 août prochain, l'exposition de l'étudiante Élise Robichaud-Guilbault revisite le quotidien des années 1900.
Photo :Yves Ouellette

Présentée dans le chœur du Musée des maîtres et artisans du Québec, une ancienne église reconvertie en musée, l'exposition Québécostalgie: 100 ans plus tard d'Élise Robichaud-Guilbault (B.A. arts visuels et médiatiques, 2011), finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques, revisite le quotidien du peuple québécois des années 1900 tout en mettant en lumière l’écart séparant le XXe du XXIe siècle. «Ma démarche consiste à utiliser le patrimoine culturel matériel et immatériel du Québec dans le but de réécrire une version personnelle de l'histoire», explique Élise Robichaud-Guilbault, qui a monté l'exposition dans le cadre de son mémoire de maîtrise-création réalisé sous la direction du professeur Jean-Pierre Gilbert, de l'École des arts visuels et médiatiques.

Image tirée de l'exposition QuébécostalgiePhoto: Yves Ouellette

L'exposition rassemble de nombreux autoportraits grands formats présentant différentes facettes de la femme au siècle dernier. «Je mets en scène une femme canadienne-française au caractère frondeur», décrit Élise Robichaud-Guilbault. Certaines scènes comme celles où l'on peut voir l'artiste en joueuse de hockey ou encore habillée en vendeuse ambulante de pipes relèvent davantage de l'imaginaire «puisque ces activités étaient réservées aux hommes. Il était mal vu de faire du sport», précise l'étudiante, qui a confectionné tous les costumes d'époque et les objets que l'on peut voir dans les reconstitutions photographiques. Élise Robichaud-Guilbault a effectué des recherches à partir de nombreuses banques d'images et de textes d'époque afin de construire ses «récits visuels inédits».

L'exposition Québécostalgie est présentée jusqu'au 23 août prochain.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE