Monstres et communauté globale

La Galerie de l'UQAM présente deux nouvelles expositions pour la rentrée 2015.

27 Août 2015 à 15H50

La Galerie de l'UQAM présente Une autre vie, la première exposition solo de l'artiste australienne Patricia Piccinini au Canada.
Photo :Patricia Piccinini, «Library, 8:45pm», de la série «The Fitzroy Series», 2011, épreuve à développement chromogène.

La Galerie de l’UQAM et le Mois de la photo, la biennale internationale de l’image contemporaine, présentent Une autre vie, la première exposition solo de l'artiste australienne Patricia Piccinini au Canada. Dans la foulée de la thématique de cette 14e édition du Mois de la photo, La condition post-photographique, l’exposition Une autre vie jette un regard intrigant et ambivalent sur les relations entre espèces dans un contexte de bricolage génétique.

Au moyen de la photographie, de la vidéo et de la sculpture, Patricia Piccinini crée un monde où humains, animaux et monstres cohabitent, voire s’entraident. Dans son univers surprenant et envoûtant, les formes biologiques et esthétiques oscillent entre Frankenstein et Walt Disney, Pixar et H. R. Giger, L’Île du docteur Moreau et la brebis Dolly. En Australie, où vit l'artiste, la faune a connu une évolution endémique, donnant lieu à l’apparition d’espèces inexistantes ailleurs dans le monde. Tel un commando de sauvetage, Patricia Piccinini conçoit de nouvelles espèces dont la mission consistera à protéger les animaux en voie d’extinction.

L'exposition Une autre vie traduit la fascination et l’horreur du monstrueux lorsque ce dernier s’installe dans le quotidien. L'artiste et son univers nous rappellent à quel point la vie échappe de plus en plus aux contraintes de la nature grâce aux implants, à la fécondation in vitro, au clonage, à la biotechnologie, aux mutations et au bricolage génétique en général.

Née en 1965 à Freetown, en Sierra Leone, Patricia Piccinini vit et travaille à Melbourne, en Australie. Elle a présenté ses œuvres dans des expositions individuelles et collectives en Australie, à Taipei (2013), à Londres (2012), à Chicago (2011), à Tokyo (2010) et à la Biennale de Venise (2003). Ses œuvres font partie de plusieurs collections publiques en Australie. Patricia Piccinini a remporté en 2014 l’Artist Award de la Melbourne Art Foundation. Elle est représentée par Tolarno Galleries à Melbourne et par la Roslyn Oxley9 Gallery à Sydney. On peut voir une entrevue vidéo de l'artiste à l'adresse suivante: https://youtu.be/Swx7ewLxyfw.

Solistes

Anne-Renée Hotte, Solistes, 2015, image tirée
de l’installation vidéo.

Solistes, de l’étudiante Anne-Renée Hotte, finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques, est une installation composée de tableaux vidéographiques. Orchestrées de manière à créer une progression rythmique par l’alternance et la juxtaposition d’images et de leur bande sonore, les séquences projetées sur trois surfaces explorent la notion de communauté globale à travers divers éléments harmonieux et dissonants. L’ensemble formé par les différentes scènes évoque l’idée d’une communauté nécessairement imparfaite construite par le son. En explorant la musicalité de chaque scène, Anne-Renée Hotte s’intéresse à l’expérience d’une symphonie déphasée où la somme des sons est parfois mélodieuse ou cacophonique.

Des tableaux, par exemple, font se côtoyer une violoniste multipliée par des miroirs et un groupe de personnes faisant crisser les pneus de leurs voitures. De telles associations déploient des liens forts mais ambigus entre le son et l’image. Ainsi, Solistes présente une oscillation entre un état personnel d’introspection et l’appartenance à un monde plus vaste, révélant certains paradoxes de la vie humaine.

Diplômée en photographie de l’Université Concordia (2010), Anne-Renée Hotte vit à Montréal. Son travail a été présenté dans plusieurs lieux à l’étranger et au Québec, notamment à la Galerie Artem (Quimper, France), à la Galerie de l’Université de l’Indonésie (Jakarta), à Volta NY (New York, États-Unis) et à la Galerie Trois Points (Montréal). En 2013, elle a réalisé, pour le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), une œuvre d’art public qui sera exposée durant toute la durée de la construction du nouveau CHUM. Elle est également cofondatrice du centre d’artistes autogéré Les Territoires, qui a ouvert ses portes en 2008. Elle est représentée par la Galerie Trois Points.

Le vernissage des expositions aura lieu le vendredi 11 septembre, à 19 h, en présence des artistes. Joan Fontcuberta, commissaire invité du Mois de la Photo 2015 et de l’exposition Une autre vie, sera également sur place.

Les deux événements se poursuivent jusqu'au 9 octobre.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE