Bain de culture québécoise

Des étudiantes de l’Université Old Dominion de Virginie viennent perfectionner leur français à l'UQAM.

5 Juin 2015 à 15H17, mis à jour le 8 Juin 2015 à 10H15

Les sept étudiantes de l'Université Old Dominion de Virginie en compagnie de Djaouida Hamdani, maître de langue de l'École de langues, et du professeur Peter Schulman. Photo: Stacey Caseus

Sept étudiantes du programme French Language and Quebec Studies de l’Université Old Dominion de Virginie, aux États-Unis, étaient en visite à l'UQAM du 13 au 29 mai dernier. Ce séjour académique, culturel et linguistique s'inscrit dans le cadre d'un partenariat de deux ans entre l'Université Old Dominion de Virginie et l'École de langues, le Service des relations internationales et le Service de la formation universitaire en région de l'UQAM. Le séjour des étudiantes a été financé en partie par un programme de bourses (20 000 dollars américains sur deux ans) octroyées par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec.

«C'est la première fois que des étudiants américains viennent à l'UQAM dans un tel cadre», précise Dominique Lapointe, directrice du Service de la formation universitaire en région, qui regroupe quatre secteurs d'activité, dont celui de la Formation continue, des Formations linguistiques non créditées et du Programme de francisation et d'intégration des immigrants (programme UQAM-MIDI). Un second groupe d'étudiants de l'Université Old Dominion de Virginie est attendu l'an prochain.

Panorama de la culture québécoise

Accompagnées de leur professeur en littérature française Peter Schulman, les étudiantes, qui logeaient aux Résidences universitaires du Centre sportif, ont participé tous les matins au cours intensif Langue, culture et identité québécoises à travers le récit, donné par la maître de langue Djaouida Hamdani, de l'École de langues. «C'est un cours crédité de français langue seconde qui a été créé spécifiquement pour les étudiants de ce programme, explique la maître de langue. L'objectif du cours est d'enrichir leurs compétences langagières en français, particulièrement en lecture, tout en élargissant leurs connaissances de la culture et de l’identité québécoises.»

Les participantes devaient lire le roman La tournée d'automne de l'auteur québécois Jacques Poulin. «Ce roman, au langage simple et accessible aux lecteurs non francophones, présente un très fort ancrage culturel: on y retrouve de nombreux passages faisant référence à d'autres auteurs québécois, au territoire, à des moments et à des personnages historiques du Québec ainsi qu'aux Autochtones», observe la maître de langue. Les étudiantes devaient aussi faire de petites recherches pour mieux comprendre les références culturelles abordées dans l'ouvrage et produire un travail final sur différentes thématiques vues durant le cours. Djaouida Hamdani attend également les comptes rendus des étudiantes afin de prendre connaissance de ce qu'elles ont appris et apprécié durant leur séjour. «Elles semblent avoir adoré leur visite.»

Un volet culturel complet

Les après-midis et les soirées des participantes étaient consacrés aux visites de musées, au théâtre, à des soirées de poésie et autres visites guidées de la métropole. «Les étudiantes ont aussi fait une petite escapade à Québec. Elles ont profité de l'occasion pour repérer et visiter les lieux de la ville évoqués dans le roman, ajoute Djaouida Hamdani. Durant tout leur séjour, la règle et le plaisir étaient de parler uniquement en français.» Le volet culturel du séjour a été élaboré par le Service de la formation universitaire en région et l'École de langues en collaboration avec le professeur Schulman.

«Nous organisons depuis plusieurs années déjà des programmes d'immersion par l'entremise notamment du programme pancanadien Explore, destiné aux jeunes Canadiens anglophones qui viennent au Québec pour apprendre le français, explique Dominique Lapointe. Nous avons ainsi déjà l'habitude de mettre en place de tels volets culturels.» La directrice a pu rencontrer les étudiantes et recueillir leurs commentaires. «Elles se disent enchantées par leur expérience.»

«Comme les étudiantes formaient un petit groupe, nous avons pu nous permettre de faire des activités ciblées comme le voyage à Québec et les visites de musées, dit Martine Bussières, coordonnatrice (formation continue) au Service de la formation universitaire en région. Elles étaient très encadrées à la fois par les professeurs et par les membres de notre service.»

Avant de quitter la province, les étudiantes sont reparties avec une provision de romans québécois et de littérature jeunesse. «C'est pour moi le meilleur signe de succès du séjour!», conclut Djaouida Hamdani.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE