Bénévoles à pied d'œuvre

Près de 200 membres de la communauté uqamienne accueillent les congressistes.

10 Mai 2016 à 13H09

«Les gens sont super gentils, dit Raymond Roberge, chargé de cours au Département de management et technologie. On les renseigne, on rit et on les taquine un peu. Ça part la journée avec le sourire.»
Photo :Nathalie St-Pierre

Pendant que les projecteurs sont braqués sur les 6 000 chercheurs issus d'une quarantaine de pays qui assistent au Congrès de l'Acfas, une armée de travailleurs de l'ombre s'assure que tout roule comme sur des roulettes. Des bénévoles, reconnaissables à leurs t-shirts bleus, sont postés à tous les points névralgiques: aux kiosques d'information pour orienter les congressistes, dans les salles de conférence pour s'assurer que l'eau et les collations ne manquent pas ou encore sur la Place Pasteur pour que les conférences grand public se déroulent rondement.

Près de 200 bénévoles ont été retenus sur les quelque 300 membres de la communauté uqamienne – étudiants, employés, professeurs, chargés de cours et retraités – ayant posé leur candidature. Pour coordonner le travail de tous ces gens, un étudiant et une future étudiante ont été mandatés par le comité organisateur, ce mandat comptant comme un stage dans leur programme d'études. «Avant l'événement, nous avons assigné un horaire pour la semaine à tous les bénévoles et les avons préparés au moyen d'une séance d'information et d'un guide détaillé de leurs tâches, explique Baptiste Besse, étudiant au baccalauréat en gestion des ressources humaines. Maintenant que tous ont été formés, je me promène pour les remercier de leur engagement et répondre à leurs questions.»

Son assistante, Simone Chénard, s'assure quant à elle de répondre aux courriels des bénévoles, de vérifier les présences et de remettre les laissez-passer permettant d'assister gratuitement aux colloques et aux conférences. «Quand quelqu'un m'écrit pour annuler sa présence durant une plage horaire, ça nécessite beaucoup de planification et d'ajustements, souligne la finissante au Collège Montmorency, qui amorcera un baccalauréat en marketing à l'UQAM l'automne prochain. Mais c'est une expérience très enrichissante et gratifiante.»

Avec le sourire

Outre leur t-shirt bleu, un autre point commun unit les bénévoles: leur bonne humeur. «C'est facile puisque les gens sont super gentils, dit Raymond Roberge, chargé de cours au Département de management et technologie. On les renseigne, on rit et on les taquine un peu. Ça part la journée avec le sourire.»

«Les visiteurs sont très fébriles, surtout ceux provenant de l'extérieur du Québec, ajoutent Maude Archambault, étudiante au baccalauréat en psychologie, et Kennedy Atchiriki, étudiant au baccalauréat en communication marketing. Nous sommes là pour calmer leurs inquiétudes.»

Pour les personnes retraitées, cet événement représente une belle occasion de remettre les pieds à l'UQAM. «Je reviens chez moi, dit Odette Béliveau, ancienne directrice de l'entretien des composantes architecturales au Service des immeubles et de l'équipement. Le Congrès de l'Acfas est un événement très important pour l'Université et je suis heureuse d'en faire partie.»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE