Beauté de luxe

L'accès à la mode de luxe s'est beaucoup démocratisé.

3 Mai 2016 à 11H32

Série Acfas 2016
Un nombre record de chercheurs de l’UQAM ont organisé des colloques en vue du Congrès de l’Acfas 2016, qui se tiendra en nos murs du 9 au 13 mai. Actualités UQAM propose une sélection des événements scientifiques présentés par des Uqamiens dans divers domaines de la connaissance.

La boutique Versace à Milan, en Italie.Photo: istockphoto.com

Organisé par les professeures Marie-Ève Faust, de l'École supérieure de mode de l'ESG UQAM, et Nancy Couture, de l'Université Laval, le colloque Regard sur la mode de luxe s'attarde au concept établi en 1954 par le comité Colbert. Cette association de métiers avait pour mandat de faire la promotion de la mode de luxe tout en veillant à la préservation de ses standards de qualité et de l’authenticité de ses savoir-faire. «Je m'intéresse à cette question depuis quelques années déjà, dit Marie-Ève Faust. Avec ce colloque, nous voulions faire ressortir le fait que Montréal est une ville particulièrement active dans le domaine et que les consommateurs montréalais, surtout les plus jeunes, s'intéressent beaucoup à l'aspect unique et durable des vêtements de luxe.»

Les deux premiers volets du colloque porteront sur le savoir-faire et la consommation durable de la mode de luxe (matières, artisans, innovations, processus de production, etc.), ainsi que sur le cadre juridique entourant l’internationalisation des produits de luxe. «La contrefaçon est un enjeu majeur pour les entreprises de luxe, explique Marie-Ève Faust. Elles sont toujours à la recherche de moyens pour freiner cette pratique illégale.»

Plusieurs communications du troisième volet porteront sur le marketing, le consommateur et la mise en marché de produits de luxe. «L'accès aux produits luxueux s'est beaucoup démocratisé au cours des dernières années», observe la chercheuse.

Le quatrième volet du colloque sera consacré à l'imaginaire collectif et au rapport au luxe (sens, symbolisme, identification individuelle et culturelle, images de marque, etc.). Parmi la dizaine de conférences qui seront présentées, Philippe Denis, chargé de cours à l'École supérieure de mode de l'ESG UQAM, discutera de l'influence des séries télévisées The Paradise et Secrets of Selfridges, qui portent sur l'avènement des grands magasins, symboles puissants de la démocratisation du luxe moderne et bourgeois.

Marie-Ève Faust prononcera la conférence «Trouver chaussure à son pied: est-ce un luxe?» qui se penchera sur la propension des femmes à acheter des chaussures une pointure plus petite! Même les personnes riches achètent des chaussures, certes magnifiques, mais très inconfortables, souligne la professeure. «C'est comme si nous étions encore à l'époque du corset!»

Le colloque de l'Acfas sera suivi d'une table-ronde, sous la forme d'un 5 à 7, réunissant des grands noms de la mode de luxe à Montréal, dont le designer Helmer Joseph et Mark Patrick, de la marque de vêtements pour hommes Sartorialto. L'événement est ouvert à tous.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE