Parcours zen

La nouvelle installation éphémère de la place Pasteur propose une expérience contemplative en milieu urbain.

23 Septembre 2016 à 14H35

La nouvelle installation éphémère de la place Pasteur propose une expérience contemplative en milieu urbain.
Photo :Nathalie St-Pierre

Un parcours constitué de quais en bois, des plantes et des panneaux sur lesquels sont inscrits des phrases ou des citations… Projet en cours, la nouvelle installation éphémère de la place Pasteur, a été réalisée par Frédérique Corson, Céline Duhamel, Maude Frenette-Roy, et Maud La Rue, quatre finissantes du D.E.S.S. en design d'événements. Inauguré le 22 septembre dernier, le projet est le huitième du genre à s'installer sur la place Pasteur en autant d'années.

Présentée grâce à la collaboration du Partenariat du Quartier des spectacles, l'œuvre propose une expérience contemplative le long d’un parcours traversant des couches temporelles représentées par une occupation végétale progressive et lente. Grâce à un jeu de signalétique en écho, évolutif lui aussi au cours des saisons, le projet s’étend de la place Pasteur au clocher Saint-Jacques, situé juste en face. D’un côté à l’autre de la rue, les promeneurs sont confrontés aux images du passé ou à la promesse d’un prochain chantier. Ils sont appelés à apprécier l’espace en transition comme projet en soi, dans un ensemble urbain toujours en mouvement.

Le concept de l’installation a été développé au printemps dernier pendant la semaine du cours intensif Design international, donné par l’architecte et charpentier allemand Alexander Römer, du réseau européen constructlab, et par la professeure Céline Poisson, également directrice du D.E.S.S. en design d’événements. Projet en cours a aussi bénéficié d’une collaboration avec la firme montréalaise Vlan paysage.

Campus ouvert

Projet en cours est l’un des nombreux projets s’inscrivant dans le cadre de Campus ouvert, une initiative qui regroupe des activités de diffusion culturelle et universitaire se déroulant dans les espaces publics, ainsi que sur les façades des pavillons de l’UQAM.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE