Mission européenne

La vice-rectrice à la Recherche et à la création Catherine Mounier s'est rendue en France et en Belgique.

1 Novembre 2016 à 14H58

L'Université Rennes 1.Photo: Wikimedia Commons

La vice-rectrice à la Recherche et à la création Catherine Mounier revient d'un séjour à Rennes, en Bretagne, et à Bruxelles, en Belgique, où elle a eu l'occasion de nouer des relations avec des dirigeants d'établissements universitaires ciblés. «Je cherche à établir des liens avec des pôles universitaires qui ont les mêmes thématiques de recherche que nous, explique la vice-rectrice. Et ma mission, cette fois-ci, était particulièrement axée sur les sciences de l'environnement.»

Catherine Mounier était accompagnée lors de sa mission par Sylvain St-Amand, directeur du Service des relations internationales. À l'Université de Rennes 1, ils ont rencontré le professeur Pierre Van de Weghe, vice-président en charge des relations internationales, Annie Soriot, directrice des Affaires et relations internationales, le professeur Laurent Bironneau, doyen de l'Institut de gestion IAE de Rennes, et le professeur Philippe Pierre, doyen de la Faculté de droit et de science politique.

Des intérêts communs

«L'Université de Rennes est très bien positionnée en Bretagne, affirme Catherine Mounier. Nos intérêts de recherche communs en sciences de l'environnement sont ressortis très clairement. Nos vis-à-vis à Rennes sont très intéressés par tout ce que nous faisons dans les domaines de la biogéochimie, de l'écotoxicologie, de l’écologie urbaine, du droit de l'environnement, de la sociologie de l'environnement et de la gestion environnementale.» Des chercheurs de Rennes collaborent déjà avec Corinne Gendron, professeure au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l'ESG UQAM, et son collègue René Audet, directeur de l'Institut des sciences de l'environnement.

En droit, il existe des collaborations entre le Centre d'excellence Jean Monnet de l'Université de Rennes et les professeurs Michèle Rioux et Christian Deblock du Département de science politique. D'autres projets pourraient donc voir le jour. En gestion, les interlocuteurs rennais de la vice-rectrice ont exprimé leur intérêt pour les travaux en logistique du transport menés à l'UQAM par le professeur du Département de management et technologie de l'ESG UQAM Teodor Crainic, titulaire de la Chaire management logistique, ainsi que pour les travaux du professeur du Département de marketing et vice-doyen à la recherche de l'ESG UQAM Fabien Durif sur les liens entre gestion durable et marketing.

Au cours de son séjour, Catherine Mounier a eu l'occasion de visiter l'Observatoire des sciences de l'univers de Rennes (OSUR), en présence de son directeur, le professeur Gilles Pinay, et de son équipe. Ces derniers ont manifesté, entre autres, un intérêt majeur pour les travaux menés par le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique de l'UQAM (GRIL-UQAM).

Vers un Laboratoire international associé

Catherine Mounier annonce qu'un important partenariat entre l'OSUR et l'Institut des sciences de l'environnement sur le thème de la transition vers la durabilité pourrait recevoir le label de Laboratoire international associé (LIA) du Centre national de recherche scientifique (CNRS). «Ce label permettrait de consolider une plateforme de recherche pour pérenniser les équipes», précise la vice-rectrice, indiquant qu'une délégation de chercheurs de Rennes, appuyée par le Consulat français à Montréal et l’UQ, est attendue à l'UQAM au printemps prochain pour finaliser le dossier de demande du label.

À l'Université de Rennes 1, la vice-rectrice a également eu des discussions avec le professeur Noureddine Boujrad, en charge de la coordination internationale au sein du Département des sciences de la vie et de l'environnement, et avec des représentants de l'Institut de recherche en santé, environnement et travail (IRSET), qui a déjà des projets en collaboration avec plusieurs professeurs, dont Dave St-Amour, du Département de psychologie, en neurotoxicologie.

Échanges universitaires

À l'Université de Rennes 2, des échanges ont eu lieu, entre autres, sur le nouveau programme court de 3e cycle en pédagogie universitaire et environnement numérique d'apprentissage créé par la professeure du Département de didactique Louise Ménard. Six étudiants de Rennes participant au programme d'échange interuniversitaire Erasmus pourraient venir étudier à l'UQAM à la session d'hiver et trois étudiants uqamiens prendraient ensuite le chemin de Rennes au printemps pour assister à des séminaires de pédagogie universitaire.

Des collaborations existent déjà entre les professeurs Simon Collin, du Département de didactique des langues, et Florence Millerand, du Département de communication sociale et publique, et le Service d'appui à la pédagogie de Rennes 2 sur des projets en ingénierie pédagogique et sur la production de matériel pédagogique. L'Institut de recherches et d'études féministes collabore aussi avec des chercheuses de l'Université de Rennes 2.

Avant de se rendre en Belgique, Catherine Mounier a fait un arrêt à Paris, où elle a rencontré Stéphanie Thiébault, directrice de l’Institut écologie et environnement du CNRS, et Caroline Mailloux, attachée scientifique à la Délégation du Québec à Paris. Elle a également eu l'occasion d'assister au lancement de l'édition française de l'ouvrage Dans l'œil du pigeon, du doyen de la Faculté des sciences Luc-Alain Giraldeau. La réception avait lieu à la Maison des étudiants canadiens de la Cité universitaire, dirigée par le professeur associé au Département d'études urbaines et touristiques de l'ESG UQAM Louis Jolin. L'ouvrage est publié en France par la maison d'édition Le Pommier.

Volet belge

À Bruxelles, des rencontres ont eu lieu avec des représentants du Fonds de la recherche scientifique (F.R.S.–FNRS). Cet organisme subventionnaire vient de lancer un programme bilatéral de subventions de recherche avec les Fonds de recherche du Québec. Quatre projets seront sélectionnés dans le cadre de ce programme qui soutiendra des initiatives conjointes entre le Québec et la Fédération Wallonie Bruxelles (FWB), et ce, dans tous les domaines de la science et de la technologie couverts par les Fonds belge et québécois.

«Un projet très intéressant en urbanisme sera présenté conjointement par des universités québécoises, dont l'UQAM, et l'Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve, dit Catherine Mounier. Piloté à l'UQAM par la professeure du Département d'études urbaines et touristiques Priscilla Ananian, ce projet regroupera également la Ville de Montréal et la Ville de Bruxelles. Les chercheurs de Louvain-la-Neuve impliqués viendront le 14 novembre à l'UQAM et seront reçus par la Mairie de Montréal.»

À l'Université Libre de Bruxelles, la vice-rectrice a rencontré la vice-rectrice aux relations internationales et à la coopération au développement, Marie-Soleil Frère. Elle s'est par la suite rendue à Liège, où elle a eu une rencontre avec les vice-recteurs Pascal Leroy (relations internationales) et Rudi Cloots (recherche), puis à l'Université catholique de Louvain, où elle a été reçue par Christian Duqué, directeur de l'Administration des relations internationales.

Toutes ces rencontres visaient à tisser des liens, à consolider des partenariats existants et à encourager la mobilité des étudiants et des chercheurs. «Plutôt que de disperser nos énergies un peu partout ou d'aller dans des universités qui sont déjà sollicitées par tout le monde, nous préférons nous concentrer sur des collaborations avec des pôles d'excellence dont les objectifs de recherche rejoignent les nôtres, dit Catherine Mounier. C'est ainsi, j'en suis persuadée, que nous maximiserons les retombées de nos partenariats à l'international pour l'UQAM, pour nos chercheurs et pour nos étudiants.»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE