Une histoire en mouvement

Le 70e congrès de l'Institut d'histoire de l'Amérique française se déroule sous l'égide de l'UQAM.

17 Octobre 2017 à 11H12

Montréal est au coeur de l'identité de l'Amérique française. Photo de la construction du pont du Havre, en 1929, lequel sera rebaptisé pont Jacques-Cartier en 1934. Photo: Musée McCord

Les questions autochtones, les visages de la pauvreté, les migrations postcoloniales au Québec, l’appropriation des ressources naturelles et la coexistence d'une culture bourgeoise et d'une culture populaire dans la première moitié du 20e siècle figurent parmi les sujets qui seront discutés au 70e congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française. Cet événement aura lieu du 19 au 21 octobre prochains à Montréal, sous l’égide de l’UQAM. Le professeur du Département d'histoire Dany Fougères est le président du comité organisateur du congrès qui, cette année, se déroule sous le thème des rencontres et des échanges ayant façonné l'histoire de l'Amérique française.

Ce thème n’est pas étranger au fait que Montréal fête son 375e anniversaire. L'histoire de la métropole est marquée en effet d’une somme incalculable de relations et d’échanges, aux accents et aux sources multiples, mais résolument au cœur de l’identité de l’Amérique française. Le congrès vise aussi à rappeler que l’histoire de l’Amérique française en est une du mouvement: celui des gens, des idées, des savoirs, des croyances et de l’information, mais aussi des biens, des marchandises et des procédés de production.

Fondé en 1946 par Lionel Groulx, l'Institut d'histoire de l'Amérique française est la principale association des historiens professionnels du Québec et des spécialistes de l'Amérique française. Il regroupe également des professeurs, des professionnels et des amateurs d’histoire provenant de toutes les régions du Canada et de l’étranger.

Hommage à Paul-André Linteau

L'activité d’ouverture du congrès, ouverte au grand public, se tiendra à la Grande Bibliothèque (BAnQ) le 19 octobre, à compter de 19 h, et sera consacrée à l’œuvre du professeur Paul-André Linteau, du Département d'histoire, considéré comme l'un des plus importants historiens du Québec contemporain et comme l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire de Montréal. Celui-ci participera à une table ronde animée par son collègue Martin Petitclerc, qui réunira les professeurs Joanne Burgess et Jean-Claude Robert, de l'UQAM, ainsi que les historiens Michèle Dagenais (Université de Montréal) et Serge Jaumain (Université libre de Bruxelles). 

Quelque 100 communications seront présentées lors des ateliers, tables rondes et séances plénières. Quatre historiens bien connus du public, Éric Bédard, Patrick Boucheron, Ivan Jablonka et Laurent Turcot, participeront à une séance plénière présidée par Lise Bissonnette, présidente du Conseil d'administration de l'UQAM, autour du thème «Les défis de l’historien dans l’espace public».

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE