Une alliance universitaire

Les universités montréalaises accueilleront en octobre le Congrès des Amériques sur l'éducation internationale.

20 Mars 2017 à 8H38

Photo: abdallahh

Les universités montréalaises – UQAM, Concordia, McGill, UdeM et ÉTS – s'unissent pour accueillir l'automne prochain le Congrès des Amériques sur l'éducation internationale (CAEI). L'événement, qui réunira quelque 600 décideurs en provenance d'organisations internationales, gouvernementales, universitaires, collégiales et du milieu des affaires, se déroulera du 11 au 13 octobre au Palais des congrès de Montréal. «En s’associant aux autres universités montréalaises pour accueillir la 5e édition du Congrès, l’UQAM réaffirme sa volonté de travailler en mode collaboratif et de s’ouvrir au monde, affirme le recteur Robert Proulx. Cet événement d’envergure permet également à Montréal de consolider sa réputation internationale de ville universitaire de premier plan à l’occasion de son 375e anniversaire.»

«Cette année, nous mettons l'accent sur la relève en gestion de l'internationalisation, voilà pourquoi le thème qui a été retenu est "Préparer les leaders et innovateurs de demain: la recherche et l'enseignement supérieur, vecteurs de prospérité dans les Amériques"», révèle Francis Brown, agent de recherche et de planification au Service des relations internationales, qui agit à titre de coordonnateur exécutif du comité national pour le CAEI.

Lors du congrès, les participants discuteront de la gestion de l'internationalisation de la recherche et de l'enseignement supérieur sous plusieurs angles: l'innovation sociale, les interactions gouvernements-universités-industries, la recherche fondamentale et appliquée, les passerelles avec les formations collégiales ainsi que les meilleures politiques d'éducation visant l'inclusion de tous les groupes de la société. «Ce sera l'occasion de partager les meilleures pratiques et d'approfondir les collaborations internationales entre tous les acteurs concernés par ces questions», affirme Francis Brown.

Le déroulement de chaque journée respectera le canevas suivant: une session plénière le matin suivie d'ateliers thématiques et des sessions parallèles en après-midi. «La plénière du matin pourra prendre différentes formes – conférencier invité, débats avec un panel d'experts ou entrevue dirigée par un intervieweur sur un sujet donné», précise le coordonnateur exécutif.

L'appel de propositions pour les sessions parallèles est toujours ouvert, et ce, jusqu'au 7 avril.  

«L'une des caractéristiques les plus attrayantes de ce congrès est la possibilité de réseautage, poursuit Francis Brown. En soirée, les participants pourront choisir leur groupe de "réseautage planifié" selon une thématique ou un pays en particulier. Cela permet aux participants d'assister aux présentations dans la journée et de cibler les gens avec lesquels ils souhaitent établir un contact en soirée, le tout pouvant déboucher sur de nouveaux partenariats pour leur institution.»

Webinaires pré-congrès

Lors de chaque édition, une série de webinaires sont offerts dans les mois précédant le congrès. Ceux-ci abordent des thèmes significatifs sur l'internationalisation de l'enseignement supérieur. Ces webinaires sont retransmis par le logiciel spécialisé Adobe Connect. Les participants peuvent intervenir à tout instant grâce à un chat intégré à la salle de chaque webinaire. «Tout membre de la communauté universitaire de l'UQAM possédant une adresse courriel "@uqam.ca" peut s'inscrire sans frais aux webinaires CAEI en utilisant le code promotionnel "comnalcanada" lors de son inscription sur le site web du CAEI», précise Francis Brown.

Le prochain webinaire sera donné le 28 mars prochain à 16 h par le recteur Robert Proulx et s'intitulera «Des stratégies gagnantes pour des partenariats porteurs: l'UQAM et l'innovation sociale». «L'UQAM entend rester à l’avant-garde en matière d’innovation sociale, note le recteur. Échanger avec les universités des Amériques sur cette question favorisera le partage d’expertises et l’amélioration des pratiques de soutien à la recherche visant le progrès social et le mieux-être des collectivités.»

Une première à Montréal

Créé en 2010 au Canada, le Congrès des Amériques sur l'éducation internationale réunit 33 associations universitaires. «Le projet émane au départ d'une action de concertation entre le Bureau canadien de l'éducation internationale, le Consortium pour la collaboration dans l'enseignement supérieur en Amérique du Nord – qui réunit le Canada, les États-Unis et le Mexique – et l'Organisation universitaire interaméricaine, dont le secrétariat est basé à Montréal», rapporte Francis Brown. Le premier congrès avait eu lieu à Calgary, en 2010. Rio (Brésil), Monterrey (Mexique) et Quito (Équateur) ont également accueilli l'événement. Il s'agit donc d'une première pour Montréal. «L'idée de la candidature commune de nos cinq établissements universitaires allait de soi afin d'attirer à Montréal les décideurs des Amériques», souligne le coordonnateur exécutif.

Pour les hôtes, ce sera une occasion de développer de nouveaux partenariats internationaux et de promouvoir leurs activités aux cycles supérieurs. «Chaque université profitera de la journée précédent le congrès pour organiser des visites et des rencontres avec des partenaires assistant au congrès», ajoute Francis Brown.

Cet événement permettra également de mettre les projecteurs sur la métropole, reconnue internationalement comme ville de savoir et de culture et qui a récemment été nommée meilleure ville universitaire au monde

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE