Perspectives uqamiennes

Robert Proulx et Andrée De Serres partagent leurs idées sur l'avenir de la ville dans le magazine Montréal économique.

17 Mars 2017 à 14H30

Montréal économique,  le dernier numéro du magazine Villes d'avenir est consacré au 375e de Montréal et l'on y retrouve une entrevue avec le recteur de l'UQAM, Robert Proulx, ainsi qu'avec Andrée De Serres, professeure au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale et titulaire de la Chaire Ivanhoé Cambridge d'immobilier ESG UQAM.

Publié par JBC Média, ce magazine a pour mission de faire valoir les forces économiques du Grand Montréal auprès des principaux acteurs économiques et politiques du Québec et, dans une moindre mesure, à l'étranger. L'édition consacrée au 375e anniversaire de Montréal s'intitule «Perspectives 2042». On y a invité plusieurs personnalités à partager leur vision de ce que sera Montréal dans 25 ans, à l'occasion de son 400e anniversaire.

Entrevue avec le recteur

Dans un texte intitulé «La synergie permettra à la ville du savoir de briller de ses mille feux», le recteur Robert Proulx est interviewé sur «les meilleures pratiques à instaurer pour que Montréal soit une ville de savoir la plus mobilisatrice et la plus puissante possible d'ici 2042.» Le recteur y réaffirme sa conviction à l'effet que les «institutions universitaires jouent un rôle unique, essentiel et dynamique dans le développement économique, social et culturel de la métropole», et que la coopération est essentielle entre toutes les universités du Grand Montréal.

Le recteur souligne également le rôle vital des universités dans la création d'une relève «passionnée, engagée et motivée, qui a la volonté et la capacité d'apporter des solutions originales aux problèmes, aux enjeux et aux défis actuels et à venir de notre société». Les universités, poursuit-il, sont «des acteurs de premier plan en matière de recherche scientifique, de création artistique et d'innovation sociale et technologique.»

Il y rappelle la mission de l'UQAM axée sur le développement d'un savoir utilisable directement par la société. «Nous devons exploiter davantage le potentiel qu'offrent les universités comme incubateurs d'idées, en interaction avec la population qui en profitera directement», dit-il. Les chercheurs de l'UQAM, ajoute-t-il, «mettent sur pied une foule d'initiatives qui transforment et réinventent la ville et qui contribuent à améliorer la qualité de vie des Montréalais: des projets visent à lutter contre les îlots de chaleur, à développer l'agriculture urbaine ou à embellir la ville par l'aménagement d'espaces verts, la mise en valeur du patrimoine, le souci pour le design ou par des installations d'art public.»

Robert Proulx conclut l'entretien en espérant une «une cité prospère et solidaire», où les universités seront intégrées aux grands projets de développement urbain.

Entrevue avec Andrée De Serres

On peut lire également une entrevue accordée par Andrée De Serres, intitulée «Le citoyen au cœur de la ville intelligente». La titulaire de la Chaire Ivanhoé Cambridge d'immobilier ESG UQAM fait part de sa perspective sur les villes intelligentes, en mettant l'accent sur les bâtiments, souvent oubliés dans la réflexion mais qui doivent pourtant, selon elle, «être considérés comme des piliers de la ville intelligente».

«Le bâtiment intelligent offrira encore plus de services à ses usagers tout en permettant d'optimiser sa propre consommation des services publics, dans la mouvance de la vague de transition écoénergétique dans laquelle nous sommes déjà plongés», explique-t-elle.

La chercheuse souligne avec enthousiasme le travail des promoteurs immobiliers, en soulignant toutefois qu'ils devront «mettre en commun leurs visions et leurs réalisations pour que les différents immeubles forment un ensemble intégré et connecté dans leur quartier respectif et dans le grand projet de ville intelligente de Montréal». La participation des propriétaires d'immeubles est également indispensable, selon la spécialiste, au développement de la ville intelligente.

«La ville intelligente la plus remarquable sera celle qui aura réussi à intégrer et à mobiliser les différents acteurs dans ce projet et qui aura conçu une plateforme interactive de discussion pour inclure les visions et les échanges issus des citoyens et des différents autres acteurs concernés», conclut-elle.

Autres textes à surveiller

Le numéro propose aussi une entrevue avec le directeur général du Quartier de l'innovation, Damien Silès. L'UQAM, rappelons-le, est Grand partenaire de ce projet depuis l'automne dernier.

Enfin, dans la foulée de l'obtention par Montréal du titre de meilleure ville universitaire au monde, un article intitulé «La capitale universitaire canadienne en pleine effervescence», revient sur les forces d'attraction de la ville auprès des étudiants étrangers.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE