Alexandre Taillefer, docteur honorifique

L'UQAM honore l'homme d'affaires pour sa contribution à la société québécoise.

7 Décembre 2017 à 9H32

L'UQAM honore l'homme d'affaires pour sa contribution à la société québécoise.
Photo :Alexis Aubin

L'UQAM a décerné un doctorat honorifique à l'entrepreneur et homme d'affaires Alexandre Taillefer, sur la recommandation de son École des sciences de la gestion (ESG UQAM). Par ce geste, l'Université veut reconnaître l'importance de sa contribution à la société québécoise dans les domaines de l'entrepreneuriat, du rayonnement culturel, de la responsabilité sociale et du développement durable. La distinction lui a été remise, le 6 décembre, dans le cadre de la collation des grades de l'ESG UQAM qui avait lieu à la Place des Arts.

Un entrepreneur en série

Alexandre Taillefer est un entrepreneur en série. À l'âge de 21 ans, en 1993, il fonde Intellia, une entreprise qui fournit des services numériques dont Québecor est devenu actionnaire majoritaire. Huit ans plus tard, il s'impose dans le marché du jeu mobile en fondant Hexacto. En 2007, il cofonde Stingray Digital, une société maintenant publique qui diffuse quotidiennement de la musique dans plus de 100 millions de foyers à travers le monde. En 2011, il lance XPND Capital, une société d'investissement privé offrant une expertise financière et organisationnelle à des entreprises qui ont l'audace de s'attaquer à des secteurs négligés.

Alexandre Taillefer s'est fait connaître du grand public en 2012 grâce à sa participation à la série télévisée de Radio-Canada Dans l'œil du Dragon.  Il révolutionne l'industrie du taxi, en 2015, avec la création de Téo, une entreprise dont la flotte de voitures fonctionne uniquement à l'énergie électrique.

Alexandre Taillefer préside de nombreux conseils d'administration, dont ceux de GSM Project, IPerceptions, Communications Voir et Autobus Lion. Défenseur infatigable de la culture, il a été à la tête du conseil d'administration de l'Opéra de Montréal de 2006 à 2012 et, depuis 2012,  il préside celui du Musée d'Art Contemporain de Montréal, lequel connaît une revitalisation importante. En 2015, l'homme d'affaires a fait l'acquisition de l'hebdomadaire Voir et, en 2016, celle du magazine L'actualité, assurant ainsi leur survie.

Figure importante du milieu des affaires au Québec, il est sacré «Personnalité du monde des affaires» en 2015 par La Presse et l'année suivante par Métro. Il est reconnu «Personnalité d'affaires la plus appréciée» par les membres de la Jeune Chambre de commerce du Québec en 2017.

Misant sur sa notoriété, Alexandre Taillefer appuie des causes sociales complexes comme le combat contre le suicide et la défense des personnes atteintes de maladies mentales. Il a d'ailleurs participé récemment au documentaire Bye, sur la santé mentale des jeunes, un projet lié à la mort tragique de son propre fils, il y a deux ans.

Une visite à l'UQAM

En marge de l'attribution de son doctorat honoris causa, Alexandre Taillefer s'est adressé aux étudiants intéressés par l'entrepreneuriat, le 13 novembre dernier, lors d'une conférence portant sur le thème de son plus récent ouvrage intitulé Lettres à une jeune entrepreneure (VLB Éditeur).

Pour voir la conférence sur UQAM.tv : http://tv.uqam.ca/alexandre-taillefer-releve

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE