Comprendre les réalités autochtones

Un nouveau cours d'été en territoire atikamekw est offert aux étudiants.

30 Janvier 2017 à 17H03

Lors du cours d'été, les étudiants auront l'occasion de dormir dans des tipis. Photo: Conseil des Atikamekw de Manawan

Histoire de la colonisation, revendications territoriales, autonomie gouvernementale, aménagement et gestion du territoire, impacts des politiques d’assimilation, cosmologies et spiritualités… Ces différents enjeux liés aux mondes autochtones seront au programme d'un nouveau cours d'été, qui se déroulera du 29 mai au 2 juin 2017 en territoire atikamekw, dans la communauté de Manawan au Québec. Les professeurs Laurent Jérôme (sciences des religions) et Nicolas Houde (science politique) dispenseront le cours cette année.

«Ce cours de premier cycle est le fruit d'une réflexion menée avec mes collègues Marie-Pierre Bousquet, de l'Université de Montréal, et Francis Lévesque, de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, explique Laurent Jérôme. Nos trois universités sont impliquées dans le développement de programmes en études autochtones. L'UQAM  a d'ailleurs lancé, en 2016, une nouvelle concentration de premier cycle en études autochtones. Nous voulons sensibiliser les étudiants aux différentes réalités autochtones, à la fois historiques, politiques, sociales et culturelles, tout en développant chez eux une ouverture d'esprit et un sens critique.»

À l'instar de son collègue Nicolas Houde, le professeur Jérôme travaille depuis quelques années avec les Atikamekw dans le cadre de ses recherches. Vivant sur les rives du  lac Metapeckeka, à environ quatre heures de route de Montréal, les Atikamekw de Manawan forment l'une des trois communautés de la nation atikamekw. «Bien qu'ils aient déclaré unilatéralement leur souveraineté territoriale en 2014, des négociations avec les autorités fédérales et provinciales, entamées il y a 30 ans environ, se poursuivent autour des questions du territoire et de l'autonomie gouvernementale. Les Atikamekw ont une relation profonde et intime au territoire, qui est liée à l'histoire coloniale. Tout en étant confrontés à des coupes forestières et à la construction de barrages, ils cherchent à se réapproprier leur identité et leurs traditions.»

Une expérience immersive

Le cours sur le terrain permettra aux étudiants d'aller à la rencontre des membres de la communauté et d'échanger avec eux, annonce Laurent Jérôme. «Deux journées de cours se dérouleront dans la communauté même de Manawan et les étudiants seront hébergés à l'auberge locale. Puis, nous nous rendrons sur une petite île pendant deux autres journées, où les étudiants dormiront dans des tipis. Ce sera aussi l'occasion de participer à des activités sociales et culturelles traditionnelles.»

Offert conjointement par l'UQAM, l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et l'Université de Montréal, le cours est conçu en partenariat avec le Conseil des Atikamekw de Manawan et Tourisme Manawan. «Nous sommes en train d'élaborer son contenu avec des représentants du conseil de bande, dit le professeur. Nous souhaitons aussi que des membres de la communauté assistent au cours.»

Les étudiants intéressés doivent envoyer une lettre de présentation et de motivation au responsable du cours dans leur institution et obtenir son accord avant le 24 février prochain. Le cours ne pourra accueillir plus de 20 étudiants pour l’ensemble des trois universités partenaires. À l'UQAM, les étudiants doivent avoir complété au minimum trois crédits de la concentration en études autochtones ou démontrer une expérience pertinente en lien avec les mondes autochtones.

Des frais de 200 dollars s'ajoutent aux droits de scolarité habituels pour couvrir l'hébergement et les déplacements. Pour plus d'information, on peut contacter le professeur Laurent Jérôme. Une page Web présentant tous les détails du cours sera bientôt accessible.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE