Membres de l'Ordre du Canada

La chargée de cours Louise Champoux-Paillé et les diplômés Manon Barbeau et Benoît Huot comptent parmi les nouvelles personnalités investies de l'Ordre.

5 Janvier 2017 à 14H21

Les diplômés Louise Champoux-Paillé (M.B.A. 1987; M.A. muséologie, 2003), Manon  Barbeau (B.Sp. animation culturelle, 1974) et Benoît Huot (B.A. cumul, 2014) figurent parmi les 100 personnalités qui ont été nommées au sein de l'Ordre du Canada le 30 décembre dernier.

Créé en 1967, l’Ordre du Canada est l’une des plus prestigieuses distinctions honorifiques civiles au pays. Il reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. 

Louise Champoux-Paillé.

Chargée de cours au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, Louise Champoux-Paillé a reçu récemment le prix Femme d'exception de la Fondation Y des femmes de Montréal et le titre de Grand Ambassadeur de l’ESG UQAM. Administratrice de sociétés, la diplômée a été nommée Chevalière de l'Ordre national du Québec en 2012 et a obtenu en 2014 un prix du Gouverneur général en commémoration de l'affaire «personne», lequel rend hommage à des Canadiennes qui ont contribué de façon exceptionnelle à la promotion de l'égalité des sexes au pays. Ancienne présidente du Bureau des services financiers du Québec, Louise Champoux-Paillé contribue depuis près de 30 ans à féminiser les hautes instances corporatives et à protéger les investisseurs, en particulier les petits porteurs et épargnants québécois. Membre de plusieurs conseils d'administration, dont celui de la Société du Parc Jean-Drapeau, elle a remporté un prix Performance de l'ESG UQAM en 1994. Elle a également été présidente de l'Association des MBA du Québec.

Manon BarbeauPhoto: Jean-François Hamelin

Manon Barbeau, cinéaste et directrice générale du Wapikoni mobile, a obtenu, en 2014, le prix du Québec Albert-Tessier en cinéma. Elle est l'auteure de plusieurs documentaires percutants, tels que Les enfants du Refus global (1998) et L'Armée de l'ombre (1999). En 2003, elle a cofondé Wapikoni mobile, un studio ambulant de créations vidéo et musicales destiné aux jeunes des Premières Nations, qui a depuis vu naître quelque 700 courts métrages réalisés par 3 000 jeunes. La diplômée a reçu, en 2010, le prix Reconnaissance UQAM de la Faculté de communication pour l'ensemble de sa carrière de documentariste et pour son engagement auprès des jeunes autochtones.

Benoît Huot Photo: Getty Images

En septembre dernier, le nageur Benoit Huot a remporté la médaille de bronze au 400 mètres libre, aux Jeux paralympiques de Rio. Il a réalisé cet exploit grâce à un chrono de 4 minutes 4 secondes et 63 centièmes, un record personnel. Le Longueillois de 32 ans remportait du même coup sa 20médaille à ses cinquièmes Jeux paralympiques – il a aussi remporté des médailles aux Jeux de Sydney en 2000, d'Athènes en 2004, de Pékin en 2008 et de Londres en 2012. Il devenait ainsi le 4e plus grand médaillé de l'histoire du Canada. Seuls Tim McIsaac – 28 médailles –, Chantal Petitclerc et Michael Edgson – 21 médailles – le surpassent à ce chapitre.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE