Protection des données de recherche

L'UQAM et Marie-Ève Maillé font part d'une déclaration commune.

25 Janvier 2017 à 12H21

Photo: Nathalie St-Pierre

L’UQAM et sa diplômée du doctorat en communication Marie-Ève Maillé, professeure associée au Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l'environnement (CINBIOSE), ont convenu d'une déclaration commune dans le cadre de leurs démarches entreprises pour préserver le principe de confidentialité des données de recherche. Cette déclaration fait suite à la plus récente intervention de l’UQAM, qui a déposé à la Cour supérieure, le 28 novembre dernier, un Acte d’intervention volontaire à titre conservatoire pour protéger la confidentialité des données de recherche dans le cadre des procédures judiciaires de Marie-Ève Maillé. 

Voici le texte de la déclaration:

Afin de soutenir l’une de ses diplômées au doctorat en communication,
Madame Marie-Ève Maillé, l’UQAM a déposé en date du 28 novembre 2016 une demande formelle afin d’intervenir dans le cadre des procédures judiciaires dans lesquelles Éoliennes de l’Érable tente de contraindre celle-ci à fournir des informations confidentielles recueillies et utilisées au soutien de sa thèse. Ces informations incluent l’identité des participants et leur position vis-à-vis du projet éolien faisant l’objet de la recherche effectuée dans le cadre de son doctorat.

L’UQAM salue le courage dont a fait preuve Mme Maillé depuis le début de ces procédures il y a un an pour protéger l’identité des participants à sa recherche et la confidentialité de leurs données.

Mme Maillé a accepté et est satisfaite du soutien de l’UQAM et celles-ci ont convenu de collaborer dans le cadre de ces procédures judiciaires afin d’assurer le respect du privilège de la confidentialité des communications entre un chercheur et les participants à une étude scientifique. Tant Mme Maillé que l’UQAM espèrent qu’avec le soutien des fonds de recherche québécois et fédéraux, elles arriveront à empêcher la divulgation de l’identité des participants à l’étude de Mme Maillé, de même que les données recueillies dans le cadre de sa recherche.

En terminant, Mme Maillé et l’UQAM rappellent que la protection de la confidentialité de l’identité des participants et des données de recherche est un principe éthique fondamental favorisant l’essor de la recherche universitaire au Canada, et, par conséquent, l’UQAM se fait un devoir de soutenir ses étudiants et ses chercheurs, tels que Mme Maillé, dans l’application de ce principe.

L’UQAM suit de près l’avancement de ce dossier.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE