Exposer à New York

Sept étudiants participent à un symposium d'art interuniversitaire nord-américain.

29 Août 2017 à 13H48

Quelques oeuvres de l'exposition Tales of Human Identity.

Sept étudiants du baccalauréat en arts visuels et médiatiques –  Delphine Kim Thériault de Carufel, Marie Archambault, My-van Dam, Sébastien Gaudette, Gabrielle Morin, Myriam Turcotte et Michaëlle Sergile – ont été invités, cet été, à présenter leurs œuvres à la galerie Art Helix, de Brooklyn, dans le cadre d'un symposium interuniversitaire nord-américain. Intitulée Tales of Human Identity, l'exposition uqamienne a été coordonnée par le chargé de cours et artiste Michael A. Robinson, de l'École des arts visuels et médiatiques. Elle a ouvert ses portes le 18 août et se poursuit jusqu'au 10 septembre prochain.

Les étudiants de l'UQAM proposent une dizaine d'œuvres: peintures, sculptures, performance vidéo. «Tales of Human Identity est une recherche sur l'art contemporain actuel, dit Delphine Kim Thériault de Carufel. L'évolution de la condition humaine, la façon dont les êtres humains se perçoivent, la dégradation physique du corps et les comportements humains comptent parmi les thématiques qui nous ont inspirés.»

Marie Archambault, My-van Dam, Myriam Turcotte, Michaelle Sergile, Delphine Kim Thériault de Carufel et Michael A. Robinson. Gabrielle Morin et Sébastien Gaudette n'apparaissent pas sur la photo.

Le symposium regroupe au total une quarantaine de travaux d'étudiants provenant également de l'Université Concordia et des universités du Massachusetts, du Wisconsin et de Syracuse, dans l'État de New York. «L'événement est le fruit d'une initiative de l'artiste new yorkais Peter P. Hopkins qui, au moyen de l'art, cherche à revaloriser le quartier de Bushwick à Brooklyn, là où se tient le symposium», explique l'étudiante.

Parmi les étudiants de l'UQAM, certains ont déjà exposé en solo dans quelques galeries au Québec, mais c'est la première fois qu'ils présentent leurs œuvres en groupe à l'extérieur du pays. «Nous envisageons de faire des démarches pour que l'exposition Tales of Human Identity circule dans divers endroits au Québec», note Delphine Kim Thériault de Carufel.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE