Une jeune pousse à surveiller

L'entreprise Stay22 est spécialisée dans la réservation et la géolocalisation d'hébergement à proximité d'un événement.

29 Août 2017 à 9H42

Un exemple des possibilités d'hébergement à proximité de l'événement C2 Montréal.Image: Stay22

Vous assistez à un colloque, à un congrès ou à un festival et vous cherchez où poser vos valises? Si les organisateurs de l'événement font affaire avec Stay22, vous aurez l'embarras du choix! «Lorsque le programme officiel ne recommande qu'un ou deux hôtels, les gens ont l'impression qu'on leur impose ces choix, tandis qu'avec nos services, ils peuvent choisir le type d'hébergement qu'ils désirent, de l'hôtel à l'auberge de jeunesse, en passant par les villas, les gîtes du passant et les appartements offerts sur Airbnb», affirme Andrew Lockhead (B.A.A. marketing, 12), directeur des opérations de l'entreprise, qui fait partie des huit premières jeunes pousses du MT Lab.

Fondée en 2016 par Hamed Al-Khabbaz et Andrew Lockhead, Stay22 est spécialisée dans la réservation et la géolocalisation d'hébergement à proximité d'un événement. Un widget – une petite application téléchargeable ou facilement importable sur une page web par un simple copier-coller – est fourni aux organisateurs d'événements, permettant de voir les différents types d'hébergement offerts à proximité du lieu de leur activité. «Les agences de voyage en ligne comme Trivago, Expedia ou Kayak donnent des choix d'hôtels et des prix pour une destination donnée, mais pas en fonction d'un événement précis, explique le directeur des opérations. Notre carte interactive permet de voir en un coup d'œil tous les types d'hébergement à proximité du lieu de l'événement, au meilleur tarif bien sûr. Le participant peut également en apprendre davantage sur le voisinage, les services à proximité et le meilleur chemin pour se rendre à son événement.»

La solution Stay22 est déjà utilisée par des organisateurs d'événements dans une douzaine de pays. «Nous venons d'être désignés comme partenaires officiels d'Airbnb, ce qui nous donne accès à leurs inventaires à travers le monde. Cela nous permettra d'approcher les organisateurs d'événements de plus grande envergure», se réjouit Andrew Lockhead.

Ancien président de l'Association étudiante de l'École des sciences de la gestion (AéESG) en 2011-2012, Andrew Lockhead s'est joint à l'aventure Stay22 afin de relever de nouveaux défis après cinq années passées à la Sphère étudiante, la plus grande billetterie étudiante au Canada, une entreprise qu'il avait cofondée avec un collègue de l'UQAM. «Je travaillais avec Hamed depuis quelques semaines à peine lorsque Stay22 a été acceptée dans un incubateur à Denver, raconte-t-il. Nous avons dit au revoir à la famille et aux amis et nous nous sommes installés quatre mois au Colorado.» À leur retour, leur entreprise était acceptée par FounderFuel, l'un des plus importants accélérateurs de nouvelles entreprises en haute technologie au Canada.

Un partage des revenus

La jeune pousse est en croissance constante depuis sa création. «Notre volume de transaction total pour l'année 2017 devrait tourner autour du million de dollars. Le nombre d'utilisateurs augmente sans cesse d'un mois à l'autre», précise Andrew Lockhead. L'entreprise, explique ce dernier, perçoit une commission sur les réservations d'hébergement effectuées auprès de ses partenaires, des agences de voyage ou des plateformes de réservation en ligne comme Airbnb, Travelport, HotelsCombined et Priceline. «Cette commission est ensuite partagée entre Stay22 et les organisateurs de l'événement», souligne-t-il.

Les plateformes de réservation en ligne avec lesquelles Stay22 fait affaire ne plaisent pas tellement aux hôteliers, car ceux-ci doivent leur verser une commission qui se situe entre 15 et 25 %, parfois même 30 % du montant de la réservation. «Je sais qu'ils n'aiment pas cela, mais la tendance mondiale est là pour rester. Dans certains hôtels, 35 à 40 % des réservations proviennent d'agrégateurs, affirme Andrew Lockhead. Cela dit, il faut travailler de concert avec les hôtels afin que chacun puisse y trouver son compte. Et ça semble être le cas. Lors de la dernière édition de C2 Montréal, par exemple, les hôtels désignés comme partenaires officiels de l'événement figuraient sur notre carte interactive et ont enregistré une augmentation d'environ 30 % de leurs réservations comparativement à l'an dernier. Ils ont apprécié!»

Au sein du MT Lab

La startup a approché Tourisme Montréal afin d'explorer les possibilités de collaboration. «Le potentiel est énorme, soutient Andrew Lockhead, car nous pouvons fournir des données intéressantes sur le nombre de participants à un événement donné, leur provenance, le type d'hébergement privilégié, le nombre de nuitées réservées, etc. On nous a suggéré d'intégrer d'abord le MT Lab, dont Tourisme Montréal est partenaire.»

Stay22 fait donc partie des huit jeunes pousses retenues au sein de la première cohorte du MT Lab jusqu'en mai 2018. Mis sur pied par l'UQAM et son École des sciences de la gestion (ESG UQAM), Tourisme Montréal et la Ville de Montréal, cet incubateur a pour mission d'accueillir les jeunes pousses du Québec, du Canada et de l'international, dans les secteurs du tourisme, du transport, des festivals et de la culture, de l'hôtellerie, de la restauration et du divertissement. «Nous avons déjà des discussions avec trois partenaires potentiels issus du processus de sélection de MT Lab», note Andrew Lockhead.

Une agence de voyage

Le site de Stay22 enregistre chaque mois quelque 10 millions de visites et l'entreprise est passée de 4 à 8 employés au cours des derniers mois. «Nous souhaitons ajouter des fonctionnalités à notre carte interactive, comme la possibilité pour les participants de voir où résident les autres personnes qui participent au même événement qu'eux», souligne Andrew Lockhead.

Concurrencer directement les Trivago de ce monde est hors de portée, reconnaît l'entrepreneur, mais Stay22 semble avoir trouvé un bon créneau. «L'objectif à long terme est de devenir une agence de voyage centrée sur l'événementiel, car c'est ce qui nous distingue», conclut-il.

Articles connexes
PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE